RMC Sport

Riolo : « Au Brésil, la fleur au fusil… »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Retour sur la victoire de l’Equipe de France face aux Pays-Bas (2-0)…

Griezmann et Mangala d’entrée, voilà pour les attractions au rayon nouveautés. Évidemment dans ce genre de test, les individualités sont regardées de près mais on voulait aussi avoir la confirmation d’un nouvel état d’esprit. La campagne d’Ukraine avait-elle changé les choses en profondeur ?

Et face aux Pays-Bas de Van Gaal, ces Bleus, en quête d’un label « fraîcheur », passaient un test intéressant.

Les Bleus débutent tous derrière, laissant la possession à l’adversaire. On est toujours autour de la surface bleue, mais si les Pays-Bas semblent supérieurs, il n’y a pas d’occasion. Petit à petit, la France remonte la pente. C’est le style Deschamps, on récupère, on essaye d’aller vite, on est solide partout. Et dans cette période, faible, c’est quand même la France qui crée le plus de danger.

Ça s’inverse définitivement dans la fin de la première période. Vite blessé, Strootman laisse un trou dans le milieu néerlandais. En jouant vite et long, les Bleus marquent. Un super but de Benzema suivi d’un 2e encore plus beau de Matuidi. Le style compact de Deschamps fonctionne. Et c’est comme ça que je confirme, comme je le disais récemment, que cette équipe sera difficile à battre. Il y a de quoi sombrer dans le paranormal. Matuidi a certes fait beaucoup de progrès, mais de là à le voir dans la surface tenter et réussir un retourné, du droit en plus !! Deschamps est vraiment un magicien…

La seconde période voit la France s’imposer totalement. Collectivement, techniquement, les Bleus font le jeu, gardent et font tourner le ballon. Les Pays-Bas ont eu beau survoler leur groupe de qualification, ils ne sont vraiment pas impressionnants. Peu à peu, le match devient soporifique. Le résultat est fait. Deschamps fait des changements. Il faut meubler la fin.

Les enseignements : On a les noms pour la défense. Le milieu Matuidi, Cabaye, Pogba est partant certain. Devant, avec Ribéry et Benzema, c’est Valbuena, pas vraiment à droite, plutôt libre qui tient la corde. Bonne nouvelle, pour lui, pour les Bleus, ce n’est plus le meilleur de l’équipe. Tout le monde est ainsi à sa place. Après cinq ans d’attente (2008), Benzema est enfin leader technique dans cette équipe. Sept ans après (2006), l’Equipe de France est enfin cohérente.

Cette victoire contre une sélection de renom va relancer l’enthousiasme. Nos Bleus vont devenir les plus beaux du monde et la victoire au Mondial va devenir envisageable.

Après 2008, 2010 et 2012, la France a besoin de ça. Cette équipe de France séduit à nouveau. Il y a deux ans, avant l’Euro, une belle victoire en Allemagne avait fait croire au meilleur. Mais c’était il y a deux ans, un siècle. On a oublié. Il faut oublier. Car il s’agit de partir au Brésil la fleur au fusil, comme en 14. Il y a un siècle…

A lire aussi :

>> France-Pays-Bas : la fiche du match

>> France-Pays-Bas : les notes

>> Coupe du monde 2014 : les buts de la soirée en vidéo

La rédaction