RMC Sport

Riolo : « L’EXPLOIT ! »

-

- - -

La France est au Brésil. Retour sur la qualification des Bleus qui se sont imposés 3-0 face aux Ukrainiens après une défaite 2-0 à l’aller vendredi dernier.

Les Bleus ont débuté comme il le fallait, comme on l’attendait, comme la situation le commandait. Grosse pression, ballon vite devant, peu importe les hommes et la tactique. Les premières minutes indiquent aussi qu’avec cet état d’esprit, ça peut être jouable jusqu’au bout, sans que le fait de marquer vite soit un impératif.

La France met le feu, l’Ukraine cherche à contenir, à pourrir le jeu. La tension est évidemment palpable, intense. Mais en dehors d’une belle première frappe de Valbuena, les occasions sont rares dans le premier quart d’heure. Marquer dans ce moment fort aurait pourtant mis un gros doute chez les Ukrainiens. La tempête passée, les Jaunes tentent de sortir enfin la tête de l’eau. Mais la moitié du chemin est néanmoins vite atteinte. Un bon coup franc et au final le premier but à ce niveau de Sakho. Tout est en place pour la grande soirée. L’ex-parisien est bon, Valbuena est très actif, quant à Cabaye, il change tout le jeu des Bleus.

Le but a un premier effet, psychologique. Les Bleus sont regonflés, l’Ukraine donne de gros signes de fébrilité et le 2e but arrive vite. Benzema marque. L’arbitre voit un hors-jeu. Etonnant. Les Bleus poussent. Et en une demi-heure, la tendance est totalement inversée. C’est la qualification de l’Ukraine qui serait un exploit. C’est confirmé quand Benzema marque le but qui remet tout à plat…

Les Bleus font ce qu’ils n’ont pas fait depuis des années : Donner du plaisir !

2/0, la première période est parfaite.

La qualification est là. Il n’y a plus qu’à la prendre… Ne pas se qualifier après une période aussi concrète de domination serait fou. Même prendre un but ne semble pas rédhibitoire tant les Bleus semblent capables de tout renverser ce soir. Notons aussi que les choix de Deschamps s’avèrent tous bons. Les « nouveaux » brillent. Et tactiquement, dans ce 433, l’apport de Pogba est bien plus notable. Et Benzema ? Pourquoi avoir autant attendu pour faire ça en Bleu ? Ça bascule tout de suite en seconde période. Carton rouge. L’Ukraine est à dix. Le scénario s’écrit au plus que parfait.

La plupart des enquêtes des différents médias sportifs ne donnaient pas la France au Brésil. La majorité du public, des observateurs, moi compris, on est tous agréablement surpris ! C’est une sorte de compte à rebours qui se met en place. Les Bleus hésitent. Etre patients ou continuer à mettre la pression. Au moment de poser le jeu, d’entrer dans la maîtrise des événements, la France retombe dans un jeu approximatif. Le surnombre et surtout l’incapacité des Ukrainiens à s’approcher du but de Lloris évitent toutefois l’inquiétude.

En foot tout est possible ? Bah oui, même un doublé de Sakho. Et oui, on pense à Thuram. Quand ça doit être fou, c’est fou. Les Bleus sont au Brésil. Il n’y a plus qu’à faire tourner. Ne pas se faire peur. Ne rien concéder qui puisse ressembler à une opportunité pour l’adversaire.

Une nouvelle équipe de France est désormais attendue au Mondial. Varane/Sakho en charnière, Debuchy à droite. Pogba au milieu, intouchable. Avec lui, Cabaye et Matuidi. Devant, le match Benzema/Giroud n’est pas terminé. La nouvelle ossature est « Knysna Free ». Totalement fraîche.

Pour le reste, l’abnégation de Valbuena mérite récompense et il faut bien le dire, on attend toujours le Ribéry du Bayern. Passer ce barrage, aller au Mondial, c’est normal. Après avoir été battu 2/0 en Ukraine, c’est un exploit. Inattendu et jouissif.

A lire aussi : 
>> Et un, et deux et onze héros ! >> L'après-match en direct >> Ronaldo envoie le Portugal au Mondial !

Daniel Riolo