RMC Sport

Riolo : « Les Bleus, c’est du très lourd… »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - -

Retour sur la très belle victoire des Bleus sur la Suisse (5-2).

Sissoko pour Pogba, Giroud pour Griezmann, Deschamps surprend dans sa compo du 2e match. Mais on le sait, ou en tout cas il faut le savoir, Deschamps ne se trompe jamais. J’aime dire que peu ont sa science du jeu. Alors après un quart d’heure, sur corner, Giroud monte haut pour ouvrir le score. Dans la minute qui suit, les Suisses perdent un ballon, Benzema offre le 2e but à Matuidi.

Jusque-là, on assistait à un match fermé, tactique. Après, la France s’est mise en mode gestion, prête à exploiter chaque ballon récupéré. La Suisse va forcément se découvrir. Et c’est sur un ballon de contre que la France se procure un péno ! Ce début de match des Bleus est fou. Mais Benzema rate l’énorme occasion offerte de boucler le match dès la 31e minute. Reste qu’avec deux buts d’avance et une organisation tactique bien serrée, j’ai du mal à envisager la Nati revenir dans ce match. Tant qu’au milieu Matuidi et Sissoko seront capables de tenir le pressing, la Suisse aura du mal à passer.

Le scenario est écrit pour les Bleus. Les espaces laissés par les Suisses sont bien trop importants. Et c’est dans un moment fort de la Nati, que la France va partir en contre. Giroud dirige une action limpide. Valbuena met le 3e. Cette fois, c’est bien terminé.

Il y a dans cette première période une supériorité absolument nette des Bleus. Depuis le début de la compétition, a-t-on vu une équipe dominer autant son adversaire ?

Dans les duels gagnés, dans l’intensité, l’énergie déployée la France est au-dessus. Tactiquement, c’est également très bon. Et techniquement, le constat une fois de plus des énormes progrès de Matuidi symbolise l’excellente tenue d’ensemble de cette équipe.

Après la « mode » possession, la tendance est à l’explosion, le pressing constant. On l’avait vu en LDC, cette Coupe du Monde confirme l’impression.

La seconde période est forcément tranquille. Les Bleus reculent et attendent la bonne occasion pour sortir…

Pour calmer l’enflammade, pour mettre un peu de mesure dans tout ça, on notera juste que dans cette période où la Suisse s’est lâchée offensivement, la France a quand même concédé des occasions. Reculer et subir à 3/0, c’est compréhensible. Dans le futur, cela pourrait toutefois être dangereux.

Pas ce soir. Ce soir, tout va bien. Tout est parfait. Pogba entre et dans la minute adresse une délicieuse passe extérieure vers Benzema. 4/0 ! C’est explosif. Tellement inattendu. Les Bleus s’amusent. Deschamps a même transformé Sissoko qui met le 5e d’un beau plat du pied ! Jamais les Bleus n’avaient fait ça en phase de poules. Enfin si, en 1958 !

Un jour, il a été dit que la France était Ribéry-dépendante. C’est loin tout ça. Les Bleus ne sont plus les mêmes. Et l’absence du joueur du Bayern est la meilleure chose qui soit arrivée à cette équipe depuis 2006 !

Qu’il le veuille ou non, Deschamps devra dès demain se confronter à tous ceux qui vont placer la France dans le groupe des favoris. Vrai ou pas, on ne pourra empêcher personne de penser ça…

Plus tôt dans la soirée, on a assisté à l’une des plus grosses surprises de cette Coupe du Monde. Le Costa Rica a battu une Italie (1-0) d’une faiblesse incroyable. Et si sur la première période, il faut évidemment souligner la performance du Costa Rica, par la suite, c’est vraiment le niveau affligeant de l’Italie qui a prévalu. Quelques jours après un bon match devant l’Angleterre, l’Italie a vécu un enfer. Techniquement, tactiquement, mais surtout au niveau de l’intensité, c’était très médiocre. Les passes de base, les contrôles, tout a été raté. Individuellement, Balotelli a non seulement été mauvais, il a en plus été préjudiciable à son équipe.

C’est finalement sans mal que le Costa Rica a gardé son avance obtenue en fin de première période. Il y avait plus d’envie, de justesse dans tous les secteurs du jeu.

Le Costa Rica verra donc les 8e. Derrière, on va assister à une rencontre folle entre l’Italie et l’Uruguay. Un nul ira bien aux Azzurri. La Céleste, elle, devra gagner !

A lire aussi :

>> Suisse-France (2-5) : la fiche du match

>> Italie-Costa Rica : le Match Replay avec le son RMC Sport

Daniel Riolo