RMC Sport

Sakho : "J’ai encore envie de grandir"

Mamadou Sakho

Mamadou Sakho - AFP

Avant les matches amicaux face aux Pays-Bas et à la Russie, le défenseur de l’équipe de France Mamadou Sakho était l’invité de Luis Attaque ce lundi sur RMC. L’occasion pour le joueur de Liverpool (26 ans) d’afficher ses ambitions et sa soif de victoire à trois mois de l’Euro 2016.

Mamadou Sakho, vous étiez absent lors du dernier rassemblement des Bleus. On imagine votre satisfaction d’être présent à Clairefontaine ce lundi ?

Oui, ça fait plaisir de retrouver la sélection. Avec le coach à Liverpool (Jürgen Klopp), ça se passe différemment pour moi. Dans le football, beaucoup de choses peuvent se passer en dehors du terrain. Le plus important est de rester concentré, sérieux. L’ancien coach (Brendan Rodgers) faisait des choix. Je les ai acceptés. Je suis toujours resté moi-même, souriant à l’entraînement.

Pouvez-vous nous parler de Jürgen Klopp ?

C’est quelqu’un de très humain, super proche de ses joueurs et de tous les membres du club. Il est très nature. Quand on le regarde, on a l’impression qu’il est très expressif mais comme il nous l’a dit dès le début, ce n’est vraiment pas pour être méchant avec nous. Au contraire, c’est pour nous encourager.

Avant que Klopp signe à Liverpool, avez-vous eu envie de partir ?

Sincèrement non. Je me sens toujours bien à Liverpool. Quand j’étais en France, je ne mesurais pas l’impact réel de ce club, de son histoire. Une fois qu’on a mis un pied dedans, c’est fabuleux. L’ambiance est saine. L’équipe est jeune et talentueuse. Sincèrement, je me plais vraiment dans cette ville, avec ces supporters et ce stade magnifique. Je suis quelqu’un qui aime bien la stabilité, ça me convient parfaitement.

Quand on pense à vous en équipe de France, on pense à vos deux buts en barrages de la Coupe du monde face à l’Ukraine…

Ma réponse, c’est (il chante « Le Bilan » de Neg’Marrons) : « Le temps passe et passe et passe et beaucoup de choses ont changé. » C’est la vie, il ne faut pas se retourner ! C’était un beau moment pour la France, pour tout le peuple mais maintenant il faut regarder devant. Aujourd’hui, j’ai encore faim, encore envie de grandir, de donner.

Où vous situez-vous dans la hiérarchie des défenseurs centraux ?

Je suis très tranquille. Je suis prêt. Je me prépare comme il le faut. Je fais attention à tout.

Vous aspirez à une place de titulaire ?

On veut tous jouer. Les 23 joueurs appelés espèrent être titulaires. On est des compétiteurs. Le seul qui fera ses choix, c’est le coach (Didier Deschamps). Il faudra les respecter. Souhaitez-vous que Karim Benzema soit avec vous à l’Euro ? (Rires) Ce sont des questions délicates. J’ai mon opinion. Je préfère ne pas m’exprimer là-dessus.

Est-ce qu’il faut privilégier uniquement l’aspect sportif ou faut-il être forcément irréprochable pour être en équipe de France ?

Elle est belle la question ! Je ne sais pas… Je préfère ne pas parler de ces sujets, même avec mes propres amis. Je n’aime pas m’exprimer sur les autres personnes.

Franck Ribéry doit-il faire son retour en équipe de France ?

(Il rit) Choix du sélectionneur ! Je n’oublie pas qu’il a fait beaucoup pour la France. C’est lui qui est sur les deux buts que je marque contre l’Ukraine. Ça, je ne l’oublie pas.