RMC Sport

Simply the best !

Le premier a étalé sa palette technique. Le second a inscrit un but de grande classe face aux Anglais

Le premier a étalé sa palette technique. Le second a inscrit un but de grande classe face aux Anglais - -

Au terme d’un match maîtrisé, la France domine une très faible Angleterre à Wembley (2-1). Le sérieux et l’enthousiasme affichés par les joueurs de Laurent Blanc sont autant de motifs d’espoir pour l’avenir.

Certes, l’Angleterre était amoindrie. Pas de Wayne Rooney, ni d’Ashley Cole, de Frank Lampard et de John Terry dans les rangs des Three Lions au coup d’envoi mercredi soir à Wembley. Mais la victoire acquise par l’équipe de France en terre anglaise (2-1) ne peut être banalisée pour autant. D’abord, parce qu’elle a été acquise face à notre meilleur ennemi anglais. Ensuite parce qu’elle pourrait bien faire office de match référence.

Le 7 septembre dernier, à Sarajevo, un groupe était né au sein de cette équipe de France, victorieuse ce soir-là en Bosnie (0-2). Plus de deux mois après, force est de constater que ce noyau de joueurs a grandi. Et bien grandi. Sur la pelouse du nouveau Wembley, les Bleus dominent leur sujet. L’envie et l’enthousiasme sont clairement dans les rangs tricolores. La qualité technique également, à l’image d’un Samir Nasri de plus en plus à l’aise comme dépositaire du jeu français. Si le joueur d’Arsenal ne concrétise pas ses bonnes dispositions au tableau d’affichage, il sait mettre de l’ordre dans la partition de son équipe. La touche décisive, l’ancien Marseillais laisse le soin à Karim Benzema (16e) puis à Mathieu Valbuena (55e) de l’apporter.

3e but en 4 matches pour Benzema

En difficulté au Real Madrid, l’ancien Lyonnais débloque une nouvelle fois la partie à la suite d’une action de classe. Et prouve, en inscrivant son troisième but lors de ses quatre dernières sorties internationales qu’il est indispensable à l’attaque des Bleus. Un brin effacé en cours de partie, Mathieu Valbuena ne s’est pas caché pour bonifier un centre de Sagna, très actif sur son flanc droit. La suite ? Une faible révolte adverse emmenée par un Steven Gerrard bien malheureux en fin de partie (80e) et surtout bien seul sous la pluie anglaise pour espérer sonner la révolte. En face, la France gère. L’occasion donc pour le Parisien Mamadou Sakho d’étrenner avec brio ses premiers galons en Bleu. Celle aussi, de revoir le Bordelais Alou Diarra, suspendu en Ligue 1 mais toujours aussi important dans l’esprit de Laurent Blanc. Même la réduction du score de Crouch (86e) n’a pas entamé la sérénité française.

« On a su maîtriser notre sujet avec du mouvement, de qualité technique, d'engagement, lâche avec fierté Hugo Lloris. Après, on a eu un peu de fatigue, on a perdu quelques ballons faciles. Mais on a su résister jusqu'à la dernière seconde. Au niveau de l'état d'esprit, on est irréprochable. On espère que ça nous servira pour l'année suivante. » Laurent Blanc n’en attend pas moins. Debout près de son banc de touche, le sélectionneur tricolore aura apprécié la prestation de ses hommes. Oubliées les mauvaises surprises de la Norvège et de la Biélorussie. Douloureuse au début, la reconstruction entamée en août dernier est en train de porter ses fruits. A défaut d’avoir amélioré son classement FIFA mercredi soir, l’équipe de France a rappelé une vieille sensation à ses supporters : celle de savoir répondre présent lors des grands rendez-vous.

Alix Dulac