RMC Sport

Soubeyrand : « Hisser haut le drapeau français »

Sandrine Soubeyrand

Sandrine Soubeyrand - -

Capitaine des Bleues, Sandrine Soubeyrand était l’invitée de Before London ce lundi sur RMC, avec sa coéquipière Sonia Bompastor. Les joueuses de Bruno Bini viseront une médaille, et peut-être l’or, aux Jeux Olympiques de Londres.

Dans moins de 15 jours débutent les Jeux Olympiques, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Sandrine Soubeyrand : Les JO, c’est une autre compétition qu’on va découvrir. On a envie d’hisser haut le drapeau français. C’est un rêve. Ce n’est pas un aboutissement, mais c’est une forme de reconnaissance du foot féminin français.

Sonia Bompastor : C’est une première participation. On a hâte d’y être, avec vraiment beaucoup d’envie.

Après la dernière Coupe du monde féminine et l’échec des garçons à l’Euro, avez-vous une pression particulière ?

Sandrine Soubeyrand : On attend peut-être beaucoup plus de nous, mais il ne faut pas comparer ce qui n’est pas comparable. Nous, on a notre petite histoire. Eux, ils ont leur histoire. On a envie d’aller très loin dans cette compétition. C’est avant tout cet état d’esprit qui nous anime.

Sonia Bompastor : C’est vrai que depuis la dernière Coupe du monde, il y a un engouement nouveau. C’est dû surtout au fait qu’on a réalisé un bon parcours. On a montré un bel état d’esprit. Durant cette compétition, les Français ont pu découvrir notre belle équipe de France féminine. Les gens et les médias s’intéressent beaucoup plus à nous.

Vous êtes dans le groupe G, plutôt relevé (Corée du Nord, Colombie et Etats-Unis). Comment l’appréhendez-vous ?

Sonia Bompastor : Le match d’ouverture aura lieu face aux Etats-Unis (25 juillet), qui nous avaient battues en demi-finale du Mondial (3-1). On aura à cœur de démontrer que depuis cette Coupe du monde, on a progressé. On sera à 100%, on donnera le maximum et on fera en sorte de prendre notre revanche.

Sandrine Soubeyrand : A ce niveau-là, les adversaires, quels qu’ils soient, sont tous costauds. Ce sont des équipes de haut-niveau, mais si on veut aller loin, il faut que nous aussi on soit capable de présenter une équipe de haut-niveau.

L’idée, c’est d’être dans les deux premiers de la poule ?

Sonia Bompastor : Les deux premiers sont qualifiés directement et les deux meilleurs troisièmes, donc cela nous laisse quand même une marge de manœuvre assez intéressante. Si on veut prétendre à aller décrocher une médaille, il faudra forcément faire des matchs de haut-niveau. On a bon espoir.

Quel est votre objectif pour ces Jeux Olympiques ?

Sandrine Soubeyrand : Nous avons fixé l’objectif entre nous et avec le staff. Maintenant quand on finit quatrième de la dernière Coupe du monde, l’objectif, c’est d’atteindre l’une des trois premières places.

Sonia Bompastor : Vu la préparation qu’on est en train de faire, on a vraiment envie d’aller chercher une des trois premières places. Après, on sera 12 équipes à vouloir aller chercher la plus belle des médailles. Notre groupe arrive maintenant à maturité, avec beaucoup d’automatismes. Un groupe avec des joueuses qui ont pas mal d’expérience, d’autres qui sont un peu plus jeunes et qui apportent leur fougue. Je crois qu’il y a un bon mélange qui peut nous permettre de grimper sur le podium.