RMC Sport

Thauvin : « Je me sens prêt pour les Bleus »

Florian Thauvin

Florian Thauvin - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

EXCLU RMC SPORT. Champion du monde avec les U20 français l’an passé, l’attaquant marseillais Florian Thauvin affiche clairement son ambition de s’envoler au Brésil avec les Bleus en juin prochain. Et pas pour y faire de la figuration.

Florian Thauvin, quels souvenirs gardez-vous de cette victoire de l'équipe de France contre l'Ukraine (3-0), qui l'envoie à la Coupe du monde ?

J’étais à la maison avec mon père et on a regardé attentivement le match. On a vu un visage de l’équipe de France qu’on n’avait pas l’habitude de voir. Ça a été une immense joie pour moi, comme pour tous les Français, mais surtout un soulagement. Tout le monde avait une mauvaise image de cette équipe, qui avait un petit peu de mal. Les Bleus ont relevé la tête et je suis très content de ce « retour ».

Pensez-vous beaucoup à ce Mondial au Brésil ?

Oui, j’y pense vraiment très souvent. Beaucoup de personnes de mon entourage m’en parlent, que ce soit ma famille, les gens à la Commanderie (le centre d’entraînement de l’OM, ndlr) ou les supporters. Pour ne pas mentir, c’est vrai que c’était un rêve et que c’est devenu un objectif. Il m’arrive souvent d’y penser le soir avant de m’endormir.

Vous sentez-vous prêt à porter le maillot de l'équipe de France ?

Je me sens prêt. J’ai envie de représenter mon pays et de le mettre tout en haut de l’affiche. Ce serait une immense fierté. Je me sens capable de répondre aux attentes du sélectionneur. Je ne pensais pas beaucoup à l’équipe de France en début de saison. Mais plus le temps passe, plus je fais des matches et plus j’acquiers de l’expérience. Et finalement, je me dis : « Pourquoi ne pas avoir une carte à jouer ? » Pour cela, il faudra que l’Olympique de Marseille ait de bons résultats jusqu’à la fin de saison. Si le club se porte bien et que j’arrive à tirer mon épingle du jeu, je pense pouvoir participer à cette Coupe du monde. Représenter son pays, c’est le Graal. Quand on porte le maillot bleu, on se doit d’avoir un comportement irréprochable et d’honorer nos couleurs jusqu’à la mort. La Marseillaise, ça donne toujours des frissons.

« Le Brésil, y être à 21 ans ce serait un rêve »

Que représente Didier Deschamps pour vous ?

On se rappelle tous de cette soirée de 1998 où il a soulevé la Coupe du monde. C’était un très bon joueur, un grand capitaine et c’est désormais un grand coach. Il est passé par l’OM et il a fait du bien à ce club qui est le mien aujourd’hui. Il a ramené des trophées, dont le titre de champion de France (en 2010, ndlr). Ce serait une fierté de pouvoir travailler avec lui.

Quel est votre principal atout pour vous faire une place dans la liste ?

Je suis un joueur qui peut évoluer sur tout le front de l’attaque, que ce soit à gauche, à droite ou derrière l’attaquant. Me faire une place dans ce groupe passe par des grandes performances avec mon club.

Vous avez été champion du monde avec les moins de 20 ans, le 13 juillet 2013 en Turquie. Que vous rappelez-vous de cette compétition ?

C’était magnifique parce qu’on a gagné. Le jour où on a soulevé la Coupe du monde, on était tous aux anges parce que la France n’avait jamais remporté un Mondial des moins de 20 ans. Je me souviens que je n’ai pas réussi à dormir de la nuit. Je me rappelle m’être allongé sur une chaise au bord de la piscine de l’hôtel avec Mario Lemina. On a discuté jusqu’à ce que le soleil se lève et on est allé dormir une heure ou deux avant de reprendre l’avion. C’était le plus beau jour de ma vie.

Savez-vous ce qu'il se passera le 13 juillet 2014 ?

(Sourire) C’est le jour de la finale de la Coupe du monde. C’est un petit signe. Je sais ce que c’est de disputer une Coupe du monde et de la gagner. J’espère faire partie des joueurs qui seront présents au Brésil. Y être à 21 ans, ce serait un rêve et un tournant dans ma carrière. Ça me permettrait de prendre encore plus de confiance pour devenir un grand joueur français. Je serais forcément déçu de ne pas y être mais, si c’est le cas, je serai le supporter n°1 des Bleus et je continuerai de travailler davantage pour un jour intégrer cette équipe...

A lire aussi :

>> Digne : « Les Bleus, j’y vais même s’il faut couper les oranges ! »

>> Euro 2016 : France-Portugal en amical

>> Toute l'actu des Bleus

Le titre de l'encadré ici

|||

Thauvin et sa « mauvaise image »

Lors de l’entretien accordé à RMC Sport, Florian Thauvin est revenu sur son transfert mouvementé de Lille à Marseille cet été. « C’était compliqué parce que j’étais face à toutes les critiques. Ça m’a touché à partir du moment où on s’est attaqué à mes proches. J’ai vu certaines personnes de mon entourage être blessées. C’était important pour moi de ne pas les décevoir et de leur prouver qu’ils ont eu confiance de me suivre jusqu’au bout dans mes choix, explique le jeune attaquant, qui était allé jusqu’à refuser de s’entraîner au plus fort du bras de fer. Je peux très bien comprendre que les gens aient une mauvaise image de moi. Je reconnais que ce n’est pas top de voir un jeune professionnel refuser de s’entraîner. Mais j’avais mes raisons. J’ai toujours eu beaucoup de respect pour le LOSC. Sincèrement, j’aurais aimé que cet épisode soit mieux géré. Malheureusement, on s’est retrouvé dans une situation où on ne s’entendait vraiment plus. J’ai pris mes responsabilités. J’ai fait un choix, c’est comme ça. »

Propos recueillis par Mohamed Bouhafsi et Florent Germain