RMC Sport

Thiney : « Se qualifier puis gagner l’Euro »

-

- - -

Opposée à l’Irlande en match de qualification à l’Euro 2013, l’équipe de France féminine de football peut composter son billet pour la Suède dès ce samedi à Guingamp (20h50). L’attaquante tricolore Gaëtane Thiney ne voit pas d’autre issue possible.

Gaëtane, vous pouvez assurer votre qualification pour l’Euro 2013 dès samedi face à l’Irlande…

Oui, c’est vrai, il nous reste un point pour être qualifiées donc on va jouer sérieusement contre l’Irlande pour gagner ce match. Après, on n’ira pas en Ecosse non plus pour ne rien faire. Je pense qu’on a beaucoup de choses à améliorer et on va tout faire pour.

Quel sera l’objectif lors de cet Euro en Suède (10-28 juillet 2013)?

Je vais vous dire, ce serait bien d’être sur le podium mais si l’année prochaine je reviens en disant : « J’ai fait 3e de l’Euro », je ne serai pas contente. Le but sera d’être finaliste et de gagner cet Euro !

Comment analysez-vous la concurrence européenne ?

On va avoir de grosses équipes face à nous. Il y a l’équipe d’Angleterre qui se construit petit à petit et que l’on avait rencontrée à la Coupe du monde. L’Allemagne, qui est la grosse surprise parce que ça fait Coupe du monde et JO où ce n’est pas passé alors que d’habitude, elles sont toujours finalistes ou demi-finalistes. Il faudra donc s’en méfier même si elles viendront avec beaucoup de pression. Puis il y aura la Suède, qui sera chez elle et va tout faire pour remporter l’Euro. Ça va être un beau spectacle et on a notre carte à jouer, surtout que l’on va s’entraîner toute l’année pour battre ces grosses équipes.

Les JO sont terminés depuis un mois. Quel regard portez-vous sur cette défaite à la dernière minute contre le Canada qui vous prive de la médaille de bronze ?

C’est très difficile à encaisser. Mais il faut savoir rebondir et relever la tête pour être encore plus fortes. Je pense que l’on a perdu énormément lors de ces matches, mais il faut apprendre pour gagner en expérience et que ça n’arrive plus ! C’est une grosse déception. Déjà contre le Japon on domine et à la fin du match on rate un pénalty. Il nous a manqué un petit rien et après contre le Canada c’est encore pire parce qu’on a eu toutes les occasions. Les deux défaites ont été difficiles. Quand on se retrouve dans une compétition c’est très difficile parce qu’entre les matches il y a 48h. Il faut encaisser la défaite, repartir chercher la médaille de bronze, répondre aux journalistes, il y a tout à gérer.

« On est de plus en plus médiatisées »

Sentez-vous des changements dans le football féminin ?

Ca progresse, ça s’améliore. On est de plus en plus médiatisées, énormément suivies. Maintenant, à chaque match avec l’équipe de France, le stade est quasiment plein. On a énormément de public qui nous suit. On aurait pu penser qu’il y aurait un vide après la Coupe du monde et finalement non, ils continuent à nous suivre, sachant qu’il y a l’Euro qui arrive.

Comment expliquez-vous que de nombreuses joueuses veulent désormais venir en France ?

Les clubs ont de plus en plus d’argent. Jean-Michel Aulas à Lyon, le PSG avec les Qataris qui ont aussi pris les filles, ont investi. Ça attire plus de monde. En plus, le championnat américain a fait faillite donc les joueuses cherchent des clubs. Et puis, on a fait parler de nous avec l’équipe de France. Derrière, il y a la médiatisation avec des chaînes qui vont diffuser des matches le week-end à la télé en direct. Les agents commencent à venir. Les agents d’image, les médias tout cela arrive. Il y a deux ans, on n’en parlait même pas…

Le titre de l'encadré ici

Les Bleues, un point c’est tout|||

Ce samedi à 20h50, l’équipe de France féminine de football joue son avant-dernier match de qualification à l’Euro 2013 face à l’Irlande, au Roudourou à Guingamp. Auteur d’un sans-faute jusque-là avec six victoires en autant de matches, les joueuses de Bruno Bini caracolent en tête du groupe 4. L’Ecosse, deuxième du groupe avec 5 points de retards sur les Tricolores, est dans l’obligation de s’imposer au pays de Galles pour espérer. Toutefois, même en cas de victoire des Britanniques, un succès garantirait aux Bleues une place en Suède du 10 au 28 juillet prochain pour disputer l’Euro. Dans cette hypothèse, un match nul pourrait également leur suffire, sachant qu’elles rencontreront les Ecossaises lors de l’ultime levée.  Au match aller, les coéquipières de Gaëtane Thiney s’étaient imposées 3-1 à Corke. Avant-dernières du groupe, les Celtes ne devraient pas opposer une résistance trop farouche.

RMC Sport