RMC Sport

Toujours en chantier, toujours ennuyeux…

-

- - -

Retour sur le premier match de la saison des Bleus en Belgique…

« Rallumez le feu », rien que ça ! L’Equipe avait opté pour le choc des mots avant ce match amical du mois d’août. Enième tentative de vendre cette équipe de France qui ne cesse de s’éloigner de son public. Et pour allumer ce feu, Deschamps avait ressorti les recettes préhistoriques. Les dinosaures. Cette fois, c’est Abidal qui faisait son retour. On attend Anelka pour le barrage de novembre ? Plus on veut oublier 2010, 2012 et plus Deschamps nous sort l’album souvenirs. C’est important d’écouter les arguments justifiant le retour d’Abidal. Et c’est notamment parce qu’aucun joueur ne s’est détaché en charnière centrale, parce que certains ne sont plus titulaires en club, qu’il est revenu. Et c’est donc logique de faire revenir un joueur qui n’a pas joué depuis 18 mois en raison d’une grave maladie et qui n’a jamais été bon en défense centrale avec les Bleus. J’ai toujours eu un souci avec la logique…

Mais tâchons de ne penser qu’au présent. Dans son édito du matin, Lizarazu parlait de reconstruction. Encore ! Mais ça fait des années qu’on reconstruit. Et si on essayait tout simplement de construire. Au-delà du souci sémantique, Deschamps n’arrive pas à retirer son casque de chantier. Encore une nouvelle charnière. Un milieu tout neuf avec « l’artiste » Guilavogui et le tout frais Kondogbia. Depuis le temps qu’il alimente les commentaires, on allait enfin le voir le jeune champion U20. Autant le dire tout de suite, on ne verra rien. L’un des intérêts de ce match était surtout de voir cette équipe belge qui se veut être une nouvelle terreur du foot international. En attendant qu’elle le devienne vraiment, la première impression est qu’effectivement cette équipe a plus de qualités que son adversaire bleu pâle. La France est là pour défendre, récupérer, tenter de, essayer de… bref, elle n’est pas là pour séduire, mais pour éventuellement « faire un résultat ».

La première période confirme toutes les impressions initiales. La France n’a aucun plan de jeu. Elle manque de technique et elle n’a pas de milieu. Le 0-0 à la pause est flatteur et il n’est dû qu’à l’imprécision des Belges dans la dernière passe. Une sélection belge qui manque peut-être aussi d’un vrai 9. Deschamps a pourtant aimé cette première période où il a vu de « bonnes choses » notamment offensivement… ça doit être encore un truc logique que seul lui comprend. Sinon, ce qui serait logique, c’est de voir des changements. Des joueurs de foot au milieu, c’est possible ? Avant les changements habituels dans ce genre de rencontre, on a encore vu les Belges dominateurs.

Le problème, c’est qu’on les voit aussi de plus en plus maladroits. Un manque d’efficacité criant. Ça permet aux Bleus de rester dans le coup et à Benzema de permettre à Courtois de montrer que c’est un super gardien. Le match se termine dans un mélange d’ennui, d’occasions belges, de répliques françaises. C’est toujours pareil avec ces multiples changements, on perd le fil des matches. Un 0-0 à la mi-août, ça arrive souvent non ? L’Equipe de France, c’est un peu comme les rediff de l’été, ces comédies qu’on a vu cent fois mais qui restent agréable. La différence c’est qu’avec les Bleus on ne se marre jamais…

A lire aussi :

>> Belgique-France : Un nul et des questions
>> Belgique-France : les notes
>> Di Meco : « J’ai un problème avec le milieu du terrain »

Daniel Riolo