RMC Sport

Turquie : L’Europe (du sport) a déjà voté pour

Le football turc a toute sa place en Europe comme l'a prouvé Galatasaray, vainqueur de la Coupe de l'UEFA en 1999.

Le football turc a toute sa place en Europe comme l'a prouvé Galatasaray, vainqueur de la Coupe de l'UEFA en 1999. - -

Deux jours avant les élections européennes, les Bleus accueillent, vendredi à Lyon (21h), la Turquie, un pays qui peine à intégrer l’Union Européenne mais qui, sportivement, fait déjà partie de l’Europe.

Si elle a du mal à se faire admettre au sein de l’Union Européenne, la Turquie n’a jamais été aussi bien intégrée à l’Europe du sport. D’Istanbul à Ankara, le pays participe aux compétitions européennes de football, et ses clubs, dont Galatasaray – vainqueur de la Coupe de l’UEFA en 1999 – le font également depuis longtemps. « C’est un pays sportivement européen », affirme Pascal Boniface, géopolitologue.

La situation est paradoxale mais pas vraiment inédite. « Il y a eu une équipe de football nationale algérienne avant que l’Algérie n’obtienne son indépendance, rappelle le directeur de l’Institut des Relations Nationales et Stratégiques. Pendant très longtemps, la reconnaissance par le sport était un signe avant-coureur d’une reconnaissance politique. »

Le fait que les équipes turques brillent sur la scène continentale – comme lors du dernier Euro de football où les Turcs avaient atteint les demi-finales – constitue une formidable vitrine pour le gouvernement Erdogan. « Cela habitue les Européens à voir que la Turquie fait partie de leur univers, souligne Boniface. Cette proximité peut bénéficier de façon indirecte à la candidature turque à l’Union Européenne. Les responsables turcs s’appuient sur le fait que leur pays est calqué sur le modèle européen et notamment le modèle laïc français. Le fait qu’en termes sportifs, il n’y ait pas de contestation à cette appartenance est déjà une victoire pour eux et un chemin à suivre. »

D’autant que les instances internationales n’hésitent pas à confier à la Turquie l’organisation d’événements majeurs. La finale de la Coupe de l’UEFA s’est déroulée cette année dans le bouillonnant stade Sükrü Saraçoglu à Istanbul. Cette même ville où auront lieu en décembre les championnats d’Europe de natation en petit bassin. Une aubaine pour ce peuple féru de sport qui revendique son histoire européenne. « Au 19e siècle, glisse Boniface, l’Empire Ottoman, l’ancêtre de la Turquie, était considéré comme ‘l’homme malade de l’Europe’ donc on rattachait indirectement cet empire à l’espace européen. » En attendant une éventuelle adhésion, la Turquie peut donc se targuer d’avoir déjà un pied chaussé de crampons dans l’U-E.

La rédaction - Alexandre Jaquin