RMC Sport

Ukraine-France : Le foot français entre confiance et méfiance

Raymond Domenech et Patrick Vieira à fond derrière les Bleus.

Raymond Domenech et Patrick Vieira à fond derrière les Bleus. - -

Qu’ils soient dirigeants, entraîneurs, joueurs actuels ou anciennes gloires, ce soir, l’ensemble du football français sera suspendu à la prestation des Bleus face à l’Ukraine (20h45). Mais les avis divergent sur ce barrage aller au Mondial 2014.

Patrick Vieira (champion du monde 1998) : « L'équipe de France est armée »

« L’atmosphère et l’ambiance vont être difficiles. Mais je crois que l’équipe de France a assez de qualités pour pouvoir passer ce barrage. Tout le monde pense que c’est un tirage favorable mais à ce niveau de la compétition, il n’y a jamais de match facile. La pression va être là. Il faut se méfier de cette équipe d’Ukraine. Jouer là-bas à cette période de l’année, c’est très compliqué. Ils ont de très bons joueurs. Je les ai vus contre l’Angleterre et c’est quand même une belle équipe. Et puis de leur côté, ils n’ont rien à perdre. Mais l’équipe de France est armée pour passer et aller au Mondial. »

Raymond Domenech (ancien sélectionneur) : « J'espère qu'ils vont gagner »

« J’espère qu’ils vont gagner. Ce serait bien pour tout le monde, pour le football français. Vous y croyez ? Il vaut mieux y croire, c’est mieux. »

Noël le Graët (président FFF) : « Les Bleus sont très confiants »

« Il faut absolument faire un bon résultat en Ukraine et se qualifier. On a envie d’y aller, l’objectif c’est d’y aller. Tout le monde se prépare pour être présent au Brésil. Tous sont très confiants, très solidaires. Ils n’ont pas besoin de discours durs pour être motivés. Ce sont des hommes qui sont dans de grands clubs, ils ont l’habitude de jouer de grands matches. Ces barrages, ils les attendent depuis quelque temps. Ils sont très concernés, ils savent ce qu’ils doivent réaliser. »

Claude Puel (ent. Nice) : « Essayer de se qualifier dès ce soir »

« Ce n’est jamais facile de disputer ce genre de match. Surtout qu’il faudra faire attention. C’est une équipe qui a fait un très beau parcours dans sa phase de poule, qui a été rajeunie et qui est très méconnue par rapport à il y a un an (lors de l’Euro 2012, ndlr). Mais méfiance. Il y a un staff autour des joueurs pour les prévenir, un travail vidéo et de supervision qui a été fait pour les alerter. A ce niveau-là, il faut être bien concentré. Bien le préparer, ça évite aussi d’être perméable à certains soulagements par rapport au tirage, et d’être au contraire dans la réalité des faits. Il va falloir s’employer et ce premier match pour moi va être important. Il ne faut pas dire « on verra pour le deuxième », dès le premier il faut essayer de se qualifier. »

Frank Leboeuf (champion du monde 1998) : « Essayer de repousser la pression et le stress »

« La beauté du sport, c’est qu’il y a une incertitude totale jusqu’au coup de sifflet final et on se lève avec cette incertitude. On essaye de repousser la pression, le stress le plus possible. Le vrai moment, c’est la discussion avec le coach. Dès qu’on arrive aux vestiaires, ça se calme un peu parce qu’on rentre dans son élément. On pense simplement à se préparer tranquillement. Deux, trois minutes avant les hymnes, ça commence à chauffer et on a hâte de se retrouver dans son aire de jeu. »

Elie Baup (ent. OM) : « De tout cœur avec la France »

« Je suis de tout cœur supporter de l’équipe de France, plus que jamais et comme d’habitude, pour aller au Brésil. J’espère qu’ils iront et que moi aussi, je pourrai aller au Brésil ! »

Youri Djorkaeff (champion du monde 1998) : « Je sens une équipe qui fait bloc »

« Ce n’est jamais évident un statut de favori. Mais il vaut mieux être favori qu’outsiders. Je crois que l’équipe de France, par son statut, par son vécu, par son passé, a déjà joué des matches comme ça, des matches pièges. Ce n’était pas les mêmes joueurs. Mais quand même, chaque joueur, chaque équipe a amené une pierre à cette équipe-là et j’espère que ça rejaillira sur le terrain. Je sens une équipe qui fait bloc, qui a un peu plus confiance en elle et c’est bon pour cette double confrontation qui, j’espère, va nous amener au Brésil. »

Francis Gillot (ent. Bordeaux) : « Si on passe, c'est normal »

« Ils ont quand même des bons clubs là-bas, les internationaux proviennent de très bons clubs donc il faut quand même se méfier. En fait si on passe, c’est normal et si on ne passe pas, c’est la cata. C’est danger ! Pour une qualif en Coupe du monde, je pense que les joueurs sont conscients qu’ils ne peuvent pas prendre cette équipe à la légère. Il ne faut pas qu’ils lisent les journaux, il ne faut pas qu’ils écoutent la radio. »

Louis Nicollin (pdt. Montpellier) : « Ca va bien se passer »

« Je vais regarder ce match avec beaucoup d’attention, et en plus mardi prochain je serai au Stade de France. Ce n’est pas beau ça ?! J’espère que nous irons au Brésil ça me ferait faire un très beau voyage. Il ne faut pas perdre à Kiev, mais je pense que ça va bien se passer. »

Eric Di Meco (ancien international) : « Tout à perdre et rien à gagner »

« La pression doit être énorme. C’est un match où il y a tout à perdre et rien à gagner. On est obligé de sentir la pression. On peut mal dormir aussi avant ces matchs-là. Ce n’est pas comme une finale de grande compétition où il y a une pression positive qui, oui, nous empêche de dormir et qui nous fait nous poser beaucoup de questions, mais au bout, il y a un super truc. Là, il peut y avoir une catastrophe donc la pression est quand même importante, difficile à gérer mais il y a quand même beaucoup de garçon de haut niveau qui ont l’habitude de jouer ce genre de match et qui vont gérer ça au mieux. Il y a vraiment des joueurs qui jouent dans des grandes équipes européennes, qui jouent des grands matchs tous les week-ends. Je n’ai plus d’inquiétude que ça par rapport à la fameuse pression de ce match. »

Jean Fernandez (ent. Montpellier) : « Tous les arguments pour nous qualifier »

« Nous avons tous les arguments pour nous qualifier. Je pense également que jouer le match retour à domicile est un bon point. Même s’il n’y a pas de vérité au football, je suis confiant. Notamment par rapport à la qualité des matches de l’équipe de France ces derniers temps. Je sais que nous avons des joueurs de grandes qualités, un Ribéry au top de sa forme, et au vu de ce que les Bleus ont montrés lors de ces derniers matchs nous allons nous qualifier. Ils ont l’habitude de jouer des grands matchs, il ne faudra pas sous-estimer notre adversaire mais je pense qu’il y a suffisamment d’humilité dans ce groupe pour ne pas le faire.

Grégory Coupet (ancien international) : « De l'excitation et une grande volonté »

« L’enjeu en équipe de France est toujours très fort parce que c’est quand même ton pays que tu représentes. Et c’est vrai qu’un barrage, c’est comme deux demi-finales aller et retour et tu vas en finale au Mondial au Brésil. Il y a l’excitation de passer le barrage mais aussi la très grande volonté d’aller au Brésil. Je crois qu’individuellement comme collectivement, c’est un moment hyper important. C’est là où je pense les mots de Didier Deschamps sont très importants. »

Cédric Carrasso (Bordeaux) : « Confiance en cette équipe »

« J’ai confiance en cette équipe. Je la connais depuis un moment maintenant, même s’il y a eu des changements et que ça a pas mal changé. Mais je pense que les cadres, les plus anciens jouent des matchs à couteaux tirés depuis des années. On a un homme en forme qu’est Ribéry. Cette année, il y a rien à dire. Des mecs comme lui peuvent faire la différence. »

Hervé Renard (ent. Sochaux) : « Il faut être derrière cette équipe »

« Une Coupe du monde au Brésil, c’est quelque chose d’exceptionnel. Moi, je fais partie de ceux qui pensent à 100% que la France sera présente au Brésil en 2014. Il faut être derrière cette équipe, je pense qu’il faut tourner la page. Il faut oublier toutes les querelles, les échanges verbaux, je ne pense pas que ça mène à grand-chose. Il faut se tourner vers l’avenir et il y a beaucoup de qualités dans cette équipe donc je suis persuadé qu’ils vont y arriver. Un voyage au Brésil, qui n’a pas rêvé un jour d’aller au Brésil pour voir une Coupe du monde, donc c’est le rêve de tout passionné de football. Et on va en faire partie. »

Ludovic Obraniak (Bordeaux) : « La France doit se méfier »

« Attention danger ! Attention danger ! C’est une très belle équipe, qui est composée de beaucoup de joueurs qui jouent dans les mêmes clubs, qui se connaissent très bien, il y a de fortes individualités. Je crois que la France devrait vraiment s’en méfier, et je ne suis pas sûr que ça soit un si bon tirage que ça. »

Recueilli par LD et PT et JR et RM et NJ et VD