RMC Sport

Vieira : « Je n’ai rien à prouver »

-

- - -

Absent en équipe de France depuis le mois de novembre et un match contre l’Uruguay (0-0), Patrick Vieira savoure son retour. Le capitaine des Bleus veut retrouver des sensations.

Patrick Vieira, qu’est-ce que cela fait de retrouver l’équipe de France ?
C’est une grosse satisfaction. Cela faisait longtemps que j’attendais ce moment là. Je suis content de retrouver le maillot bleu et mon brassard.

Vous vous souvenez de la dernière fois ?
On s’en souvient toujours (rires). C’est vrai que j’ai eu une saison difficile. Aujourd’hui, cela va beaucoup mieux même si j’aurais aimé joué plus en fin de saison avec l’Inter. C’est une bouffé d’oxygène de revenir en sélection.

Enchaîner deux matchs cela doit être un pur bonheur…
Exactement d’autant plus que cela fait longtemps que je n’ai pas enchaîné deux matchs en trois quatre jours. Mais on va d’abord voir comment se passe le premier avant de penser au second.

Avez-vous le sentiment de devoir prouver quelque chose ?
Non, je n’ai rien à prouver. Je suis tout simplement content de revenir en équipe de France. J’attendais ça depuis longtemps. Je vais prendre ces deux matchs tranquillement et essayer de donner le meilleur de moi-même. L’important c’est de retrouver le plaisir et les automatismes avec les autres joueurs.

Qu’en est-il de vos pépins physiques ?
C’est loin derrière moi. Même si je n’ai pas beaucoup joué avec l’Inter ces derniers temps, les entraînements se sont très bien passés. Le peu de fois que j’ai joué je n’ai ressenti aucune douleur. La page est tournée, je regarde vers l’avant.

Comment avez-vous vécu cette année à distance avec les Bleus ?
Même si je n’étais pas présent, j’étais toujours en contact avec l’équipe de France. Il y a eu un début assez difficile mais sur les derniers matchs, cette équipe a montré du caractère et de l’envie. La qualité du groupe et des joueurs n’a jamais été remise en cause. Le groupe a bien géré ces moments difficiles. Il faut continuer dans cette voie parce que le plus dur va arriver.

Pour vous, cela n’a pas été trop difficile psychologiquement cet éloignement de la sélection ?
Cela a été difficile bien sûr mais j’ai essayé de gérer cela le mieux possible. La chose la plus importante pour moi a été de bien me soigner. J’ai douté c’est évident. Il suffit de bien se connaitre et d’être serein. J’ai toujours eu le soutien du sélectionneur et du staff de mon club. Cela aide.

Vous n’en êtes donc plus à penser arrêter l’équipe de France ?
Plus du tout. Ce serait idiot de ma part de penser à cela à un an d’une Coupe du Monde. Ce qui est important c’est de continuer à travailler et à croire en moi. Je me suis fixé des objectifs. Je veux rester en équipe de France pour aller jusqu’à la Coupe du Monde.

Où en êtes-vous de votre avenir en club ?
Je n’en ai pas encore parlé avec l’Inter. On va en discuter cette semaine après les matchs de l’équipe de France. Mon envie c’est de rester. J’ai encore un an de contrat. Je suis persuadé que je peux jouer dans cette équipe. Mais il faut que cette envie soit partagée par le club. Si ce n’est pas le cas, ils me le feront savoir. A ce moment là, je prendrai une décision. A un an de la Coupe du Monde l’important sera de jouer et d’avoir du temps de jeu avec un entraîneur qui me fait confiance.

La rédaction - Jean Resseguié