RMC Sport

A Donetsk, bonjour l’ambiance !

Donetsk

Donetsk - -

Quatre jours après sa victoire contre la Suède (2-1), l’Ukraine s’apprête à défier l’équipe de France à la Donbass Arena. La ville de Donetsk s’y prépare très tranquillement. Trop, peut-être, puisqu’on tarde curieusement à vibrer pour cet Euro.

La folie de l’Euro ne s’est pas (encore) emparée de Donetsk. Après une semaine de compétition, la cité est bien loin de l’effervescence polonaise ou même de Kiev. Les Ukrainiens ont, certes, célébré avec quelques coups de klaxon la victoire de leur équipe lundi dernier contre la Suède (2-1), mais rien de bien impressionnant. Ce sont finalement les Russes qui s’illustrent le plus. D’abord parce qu’ils étaient majoritaires à la Donbass Arena lors du match Angleterre-France. Ensuite, parce que ce sont eux qui envahissent les bars les soirs de rencontres de la sélection russe. « C’est vrai qu’on en voit beaucoup, explique Natacha, employée francophone à l’Alliance française de Donetsk. Ce qui est dommage, c’est que les supporters occidentaux ne soient pas venus plus nombreux. »

La seule fois où la ville a légèrement vibré pour cet Euro, c'est à l’occasion de la venue de plusieurs milliers de supporters français et anglais. Des fans de l’équipe aux Trois Lions ont ainsi investi le Golden Lion (leur QG) en déployant les drapeaux de l’Union Jack dans les rues. De leur côté, les Français répliquaient en « coiffant » la statue de... Lénine, située sur la place centrale, d’un drapeau tricolore ! Mais le match entre les Bleus et l’Ukraine va-t-il enfin changer la donne ? Natacha veut y croire, même si elle reconnait que son jugement est légèrement faussé en raison de sa proximité avec la communauté française. « Oui on en parle entre nous, précise-t-elle. Il y a quelques jours, j'ai posé la question à quelqu'un qui s'est marié avec un Français. Ils sont supporters des deux équipes. On fait des paris et on décide qui va faire quoi. Par exemple, si c'est la France qui perd, le mari devra faire la vaisselle pendant deux mois ! Ou le contraire. »

Les Donetskois sont partis en vacances

Mais si les habitants de Donetsk se font si discrets, c’est peut-être finalement parce qu’ils ont quitté la ville. Il faut dire que l’année scolaire a été aménagée et s’est terminée plus tôt pour permettre aux enfants de profiter de la compétition. Problème, les conséquences ne sont pas celles attendues. « Il y a moins de Donetskois que d'habitude. Ceux qui ont voulu éviter les bouchons et les problèmes dans la ville sont partis avant, explique Ogla, jeune ukrainienne. Les enfants sont en vacances avec leurs parents. Ces mêmes enfants qui auraient pu se balader dans la ville sont finalement à la Datcha (les résidences de campagne russes, ndlr), à la mer, ou à la montagne. »

Il faut dire que l’Ukraine n’a toujours pas joué à Donetsk. A en croire les locaux, l’ambiance est bien loin de celle constatée lors des matchs du Shakhtar, mais la comparaison ne pourra être que véritablement établie vendredi soir. Cédric Gras, président de l’Alliance française à Donetsk n’y croit pas beaucoup. « Depuis que je suis arrivé il y a deux ans, on nous dit : il va y avoir l'Euro, il va y avoir l'Euro ! On y est et finalement, ce n'est pas aussi incroyable que prévu, regrette-t-il. Les Ukrainiens ne sont pas très patriotes à la base. Le fait qu'ils aient gagné leur premier match, j'espère que cela va contaminer la région et que beaucoup de gens porteront haut et fort les couleurs de l'Ukraine. »

Pierrick Taisne (avec JR et JS) à Donetsk