RMC Sport

Domenech : « Ce que j’attends des Bleus »

-

- - -

Raymond Domenech a retrouvé avec plaisir les 15 premiers joueurs de l’équipe de France, sur les 30 convoqués. Le sélectionneur fait le point sur les Bleus.

Raymond Domenech, avez-vous regardé le niveau de performance des internationaux français en finale de la Ligue des Champions ?
Non, je n’ai pas regardé cela. J’ai simplement regardé s’ils ne se blessaient pas. Mon objectif était qu’ils sortent indemnes de ce match. Le reste n’avait strictement aucune importance.

Nicolas Anelka sera-t-il perturbé pour l’Euro, après avoir manqué son tir au but contre Manchester United ?
Tant que je ne l’ai pas vu, je ne peux rien dire. Tout le monde n’est pas fait pareil : certains peuvent s’enfoncer, alors que d’autres seront boostés au contraire. On a beau connaître les gens, peu de personnes ont vécu une situation comme celle-là. On verra avec lui.

Avez-vous déjà en tête les sept joueurs que vous allez exclure de votre liste élargie ?
Non. Il y a 30 joueurs pour le moment. J’ai quelques idées et possibilités, mais je ne sais pas ce qui va se passer dans les deux finales (Coupes de France et d’Italie). J’attends avant de me fixer, car tout peut encore arriver.

Cette période de transferts peut-elle vous poser problème ?
C’est vrai que tous les grands clubs me sollicitent. C’est déstabilisant mais j’ai décidé de ne pas y répondre. (Rires) Concernant les joueurs ? Ah ba selon le club où j’irai, j’en prendrais peut-être certains avec moi… Soyons sérieux : cela ne me concerne pas. Les joueurs ont des agents pour régler tout ça. S’ils prennent 7 à 10%, c’est pour qu’on foute la paix au mec quand il est en compétition.

Pourquoi avoir choisi trois équipes sud-américaines comme adversaires de préparation ?
Quand on joue contre les équipes sud-américaines, on a besoin d’être très concentré. Elles ont une faculté à faire un faux-rythme, à endormir l’adversaire avant d’accélérer. Ces équipes demandent à l’adversaire d’élever le rythme pour les dépasser. C’est ce qu’on attend à l’Euro de l’équipe de France.

L'Equateur, le Paraguay, et la Colombie sont trois équipes méconnues. Avez-vous fait des recherches sur eux ?
J’ai volontairement fait abstraction de toute recherche sur ces adversaires. La surprise permet aux joueurs d’être plus concentrés, de gérer sur le terrain, et de réagir en fonction de ce qui se passe. Quelquefois c’est bien de ne pas leur mâcher le travail en disant comment jouer. Cela leur demandera quelque chose que l’on attendra d’eux pendant la compétition : de la réactivité.

Les quatre finalistes de la Ligue des Champions (Anelka, Evra, Makelele et Malouda) sont attendus vendredi après-midi à Clairefontaine.
Le groupe France ne sera au complet qu’après l’arrivée à Tignes des neuf finalistes de la Coupe de France (Landreau, Coupet, Boumsong, Squillaci, Clerc, Toulalan, Ben Arfa, Benzema, et Govou) et des deux de la Coupe d’Italie (Vieira et Mexes).

La rédaction avec Fabien Lefort