RMC Sport

Et le ciel leur tomba sur la tête...

-

- - -

Après seulement 5 minutes de jeu, France-Ukraine a été stoppé en raison de violents orages pendant près d'une heure. Finalement, et après moult discussions, le match a repris à 19h.

Après près d'une heure d'attente, de palabres et de discussions, France-Ukraine a finalement repris. Mais on n'était pas loin du report. De mémoire de footballeur professionnel, on n’avait jamais vu ça. Ca, ce sont des trombes d’eau et des orages d’une violence inouïe qui menacent l’intégrité physique des joueurs et la sécurité des spectateurs. En raison de ces conditions météo extrêmes mais prévisibles, puisque la température était ces derniers jours caniculaire du côté de Donetsk (35°C), le match France-Ukraine a été interrompu au bout de 5 minutes de jeu seulement (0-0). Les joueurs ont alors regagné les vestiaires tandis que les spectateurs évacuaient les tribunes. Une décision sage car les coups de tonnerre se multipliaient dangereusement au-dessus de la Dombass Arena.

Comme ses homologues ukrainiens, le staff tricolore n’était pas très confiant au sujet de la reprise du match comptant pour le groupe D. Alain Boghossian le premier s’est présenté sur la pelouse et l’a jugée impraticable. La ballon ne rebondissait en effet plus du tout. Des jardiniers sont même entrés en action afin d'évacuer l’eau dans les zones du terrain les plus immergées. Un travail visiblement ultra efficace puisqu'une heure plus tard, le ballon rebondissait de nouveau parfaitement lors des tests effectués par le corps arbitral.

Le Graët a le nez creux

Après avoir discuté longuement avec les officiels de l’UEFA ainsi que les responsables des deux équipes nationales, le corps arbitral au complet a inspecté les quatre coins du rectangle vert avant de décider de donner un second coup d'envoi à 19h. Quelques instants plus tôt, Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football, avait eu le nez creux puisqu'il déclarait au micro de RMC : « Il est prévu de reprendre le match à 20 heures. » 

Si l'arbitre avait décidé de reporter le match, il aurait été automatiquement reprogrammé demain, samedi. L'horaire aurait alors été négocié entre les deux sélections. Les billets des spectateurs auraient toujours été valables mais on n'aurait joué que le temps qu'il restait à jouer quand le match a été arrêté, soit environ 85 min.