RMC Sport

Euro 2016 : l’Allemagne veut imiter ses anciens

L'équipe d'Allemagne, championne du monde en titre

L'équipe d'Allemagne, championne du monde en titre - AFP

Victorieuse de la Coupe du monde 2014, la Mannschaft s’avance à l’Euro 2016 en favorite malgré des qualifications cahin-caha. Les hommes de Joachim Löw espèrent succéder à l’équipe allemande qui avait réussi ce doublé dans l’autre sens dans les années 70.

A l’époque, Franz Beckenbauer et sa bande – alors l’Allemagne de l’Ouest ou RFA – l’avaient fait dans l’autre sens. Une victoire à l’Euro 1972 puis un succès au Mondial 1974. Quarante-deux ans plus tard, leurs successeurs s’attaquent à l’histoire. Vainqueurs de la Coupe du monde 2014 au Brésil, après avoir humilié le pays hôte en demi-finale, les hommes de Joachim Löw vont tenter de réussir le doublé signé par la France en 1998-2000 en enchaînant avec un triomphe dans la compétition continentale.

Si elle n’a pas vraiment brillé depuis son sacre plantaire, avec des matches qualificatifs (elle a terminé première de son groupe mais avec seulement 22 points sur 30, une longueur devant la Pologne et trois devant l’Irlande) comme amicaux décevants, la Mannschaft reste l’équipe la plus impressionnante du cycle entamé depuis l’Euro 2012.

Venger la déception de l’Euro 2012

En France, elle affichera donc en toute logique un statut de favorite. Avec un collectif aiguisé et magnifié par des joueurs aussi talentueux qu’un Thomas Müller, presque plus efficace sous le maillot de la sélection qu’avec le Bayern (deuxième meilleur buteur des qualifications avec 9 réalisations), ou qu’un Manuel Neuer (le meilleur gardien du monde pour beaucoup) sans oublier de belles solutions de rechange sur le banc, elle peut voir venir. L’Allemagne abordera également l’Euro avec un autre défi à l’histoire : devenir la première équipe à remporter la compétition quatre fois, comme elle avait déjà été la première à trois succès avant d’être rejointe par l’Espagne.

Elle traînera également une envie de revanche. Une volonté de tourner la page sur un Euro 2012 où elle avait déçu en s’inclinant en demi-finale contre l’Italie d’un Mario Balotelli stratosphérique ce soir-là. Le football est-il toujours ce sport qui se joue à onze et à la fin duquel c’est l’Allemagne qui gagne ? C’était le cas en 2014. Cela pourrait fort bien l’être encore en 2016.

>> Euro 2016 : l'Allemagne et la Pologne font le job

>> EN IMAGES : le maillot de l'Allemagne pour l'Euro 2016

>> Les fiches des 24 équipes de l'EURO 2016