RMC Sport

Genou à terre: "Les sportifs ont le droit de s'exprimer", Maracineanu défend les Bleus

La ministre des Sports est revenue ce mercredi sur la polémique déclenchée après que les Bleus aient exprimé leur volonté de poser un genou à terre avant le match contre l’Allemagne. Roxana Maracineanu a estimé que les sportifs avaient le droit de s’exprimer et a salué leurs intérêts pour les enjeux de société.

Les Bleus avaient annoncé à la veille du match contre l’Allemagne (1-0) qu’ils poseraient un genou à terre avant le coup d’envoi de la rencontre. Un geste symbolique, hérité du mouvement Black Lives Matter qui dénonce les violences policières aux Etats-Unis et qui s’est depuis exporté pour dénoncer le racisme dans sa globalité. Les joueurs tricolores se sont finalement ravisés. "Si on doit le faire, toutes les nations doivent le faire avec l'appui de l'UEFA", a expliqué Hugo Lloris après la victoire contre la Mannschaft.

"Ils ont trouvé la force de parler"

Mais l’initiative d’origine des Bleus a déclenché les critiques de certains politiques, à droite et à l’extrême droite. L’argument mis en avant: les sportifs doivent, selon eux, faire preuve de neutralité et ne s’exprimer que sur le sport.

"Les sportifs, et j'y tiens, ont le droit de s'exprimer. Ils ne l'ont pas fait pendant longtemps, mais aujourd'hui ils ont trouvé la force de parler, que ce soit sur les violences sexuelles ou sur ce qui les concerne eux ou leurs collègues. On n'a pas besoin de parler que de notre cause personnelle mais aussi des enjeux de la société en général. Les sportifs ont le droit de parler, ils sont conscients de leur rôle médiatique, ils savent qu'ils sont des exemples. Ils s'expriment comme ils veulent, ils sont libres de le faire", a au contraire estimé Roxana Maracineanu, la ministre déléguée chargée des sports, mercredi soir sur France 5.

"Dérangeant que des politiques reprennent ces sujets parce que c'est l’Euro"

Certains politiques se sont également dit hostiles à ce que les joueurs de l’équipe de France posent un genou à terre, invoquant le "respect de la laïcité". "J'entends 'neutralité du sport' ou 'laïcité', on confond toutes ces notions dans le sport. J'aimerais retenir l'importance que les sportifs puissent avoir le droit à la parole, parce qu'ils ont le droit d'exister", a continué la Ministre. "C’est normal que ces sportifs ne s’intéressent pas qu’à leur petite personne, mais aussi à ce qu’il se passe dans le monde. Là où c’est plus dérangeant et questionnable, c’est quand des personnalités politiques reprennent ces sujets-là parce que l’Euro commence et qu’ils n’ont pas d’autres sujets sous la main. Ils instrumentalisent le sport", a-t-elle encore dénoncé.

Roxana Maracineanu a également rappelé que les sportifs français, lorsqu’ils étaient en sélection, devaient respecter certaines règles. "Les sportifs d’une équipe de France quelle qu’elle soit sont assimilables à des agents de service publique. C’est ça la loi. Car nous déléguons une délégation de service publique à une fédération qui a la possibilité de procéder à une sélection nationale. Il y a un certain nombre de choses qu’ils ne peuvent pas faire, d’autres qu’ils ne peuvent pas faire, mais ça, ils peuvent", a-t-elle conclu.

Si poser le genou à terre est devenu une habitude avant les rencontres de Premier League, le geste n’a été que peu repris depuis le début de l’Euro. Les Anglais l’ont notamment fait avant la rencontre contre la Croatie dimanche (1-0). Et ils ont été sifflés par une partie du public de Wembley.

LL