RMC Sport

Grèves, blocages… : l’Euro n’est pas menacé selon Braillard

Thierry Braillard

Thierry Braillard - AFP

Alors que les grèves se multiplient en France dans le cadre de la contestation de la loi Travail, la tenue de l’Euro 2016, qui débutera dans deux semaines, n’est pas menacée selon Thierry Braillard, le secrétaire d’Etat aux Sports.

Thierry Braillard, le climat social en France peut-il gêner l’arrivée de touristes étrangers pour l’Euro 2016 ?

Non. De toute façon, tout est fait pour accueillir toutes celles et tous ceux qui vont vouloir venir vivre l’Euro, qui est quand même la troisième compétition au monde. Ce sont des millions de visiteurs qui vont venir. S’il y a des grèves, on fera en sorte d’éviter qu’il y ait trop de désagréments pour toutes celles et tous ceux qui seront là. En tout cas, le gouvernement tient bon sur sa position. Et ne veut pas faire l’objet d’un chantage de la part de qui que ce soit et surtout, de minoritaires au sein d’un syndicat.

A lire aussi >> Loi Travail: des affrontements et des violences à Paris, Nantes et Bordeaux

Sentez-vous une inquiétude de la part de vos homologues européens ?

Non, je n’ai pas ressenti ça, au contraire. Je crois qu’il y a une vraie appétence à venir en France. Je pense qu’il faut que tout le monde ait le sens des responsabilités. Le droit de manifester est un droit constitutionnel. Le droit de grève aussi. Maintenant, je pense qu’il ne faut pas tout mélanger dans la vie. On a la chance d’accueillir un évènement comme l’Euro. C’est la France qui accueille le monde. La France est très belle quand elle gagne, quand elle sait se mettre au niveau qu’on attend pour l’Euro.

L’Euro est-il menacé ?

Non, il n’est pas absolument menacé. Le tournoi aura lieu. C’est aux uns et aux autres de prendre leurs responsabilités. Est-ce qu’on veut donner l’image d’un pays qui sait accueillir le monde ? Ou est-ce qu’on veut donner l’image d’un pays qui casse, qui obstrue ? C’est la question qui peut être posée. En tout cas, le gouvernement reste ferme sur ses positions.

la rédaction avec EJ