RMC Sport

Il y avait de la place pour un Français

Chaque jour, Joël Quiniou intervient sur RMC. Aujourd'hui, l'ancien arbitre international revient sur l'absence d'arbitres français à l'Euro 2008.

« On peut d’ors-et-déjà à quelques heures de la finale de Vienne, dresser un bilan de l’arbitrage de l’Euro 2008. Les arbitres ont rendu une copie conforme aux attentes. Après la Coupe du monde 2006 en Allemagne, sujette à crispations et incompréhensions, on pouvait craindre de nouvelles polémiques. Il n’en n’a rien été. A l’image du Belge Franck De Bleeckere, l’arbitre de la demi-finale Espagne-Russie, privilégiant la sobriété et la prévention, les arbitres ont redoré le blason de l’arbitrage européen. Sur les douze arbitres retenus, 2 ou 3 ont néanmoins donné l’impression de ne pas être au niveau, comme le Néerlandais Pieter Vink, l’Anglais Howard Webb ou l’Autrichien Conrad Plautz, qui ont manqué de clarté et qui ont eu du mal à se positionner en pêchant par inexpérience, comme on pouvait le craindre avant la compétition. On peut regretter que des arbitres français comme Stéphane Bré, Bertrand Layec ou Stéphane Lannoy n’aient pas pu prétendre à faire partie du gratin final. Les querelles intestines qui ont depuis trop longtemps déstabilisé l’arbitrage d’élite français ne jouait pas en leur faveur. Stéphane Lannoy a l’opportunité de participer aux Jeux olympiques dans quelques semaines à Pékin. A lui de saisir cette chance et de se positionner comme candidat potentiel à la Coupe du monde 2010. L’expérience acquise comme 4e arbitre à l’Euro lui sera profitable. Encore faut-il qu’il obtienne le soutien de ses pairs. Tous les arbitres sont derrière lui. Il mérite notre soutien dans un climat arbitral français empreint d’une quiétude retrouvée. Ce chantier doit être mené par la Direction technique de l’arbitrage dans un esprit de concertation à même d’assurer le renouveau de l’arbitrage français. »