RMC Sport

Kolodziejczak, un nom à retenir

Timothée Kolodziejczak

Timothée Kolodziejczak - -

Timothée Kolodziejczak, le jeune défenseur de l’OL, est l’une des pièces maîtresses de l’équipe de France des moins de 19 ans qui disputera la finale de l’Euro ce vendredi à Caen face à l’Espagne.

Personne ne sait comment prononcer son nom. Mais sur le terrain, Timothée Kolodziejczak met tout le monde d’accord. A 18 ans, le latéral gauche de l’Olympique Lyonnais est l’un des cadres de l’équipe de France des moins de 19 ans. Cette bande de potes qui disputera ce vendredi la finale du championnat d’Europe face à l’Espagne (19h).
Avec un arrière-goût de revanche. En 2008, les deux équipes s’étaient déjà affrontées en finale de cette compétition, en moins de 17 ans. Les Ibères avaient corrigé les Bleus (4-0). Autant dire que « Kolo » et ses partenaires sont remontés à bloc à l’heure des retrouvailles. « Ça va nous permettre de voir si on a progressé en deux ans, savoure le natif d’Avion, dans le Pas-de-Calais. On va déjà essayer de développer notre jeu. Ensuite, on verra comment ça se passe. On est tous concentrés sur ce match. On est confiants. » 

Formé au Racing Club de Lens, Kolodziejczak rejoint l’OL en 2008 sous la forme d’un prêt avec option d’achat. Cette dernière est rapidement levée pour trois millions d’euros. « Je voulais changer d’air pour goûter à autre chose », explique-t-il. Quelques mois plus tard, il fait ses débuts en L1 face au PSG, tout juste âgé de 17 ans. Suite à la grave blessure d’Anthony Réveillère, il entre en jeu dans un Parc des Princes surchauffé. Le baptême est difficile. Paris s’impose 1-0 et le prodige retrouve sa place sur le banc pour le reste de la saison.

« On montre une bonne image des jeunes Français »

L’an passé, il ne dispute que deux matches de championnat et un de Ligue des Champions. Mais le défenseur d’origine polonaise ne s’affole pas. Il a l’avenir devant lui. Comme tous les Bleus des moins de 19 ans avec qui il partage le haut de l’affiche depuis quelques jours.
Un mois après le fiasco des « grands » en Afrique du Sud, leur parcours fait souffler un vent de fraicheur sur l’Hexagone. « On ne se focalise par sur l’équipe sénior, prévient Kolodziejczak. On se concentre sur notre jeu pour faire un grand Euro. Après ce qu’il s’est passé, on savait qu’on allait être sollicités. Mais je pense qu’on montre une bonne image des jeunes Français. »

A voir le sourire des spectateurs en tribunes, cela ne fait aucun doute. A eux de confirmer ces belles promesses ce vendredi à Caen. « J’espère que ça va se terminer en beauté », glisse « Kolo ». Il n’est pas le seul.

Alexandre Jaquin