RMC Sport

L’Espagne a eu chaud

Jesus Navas et Sergio Ramos

Jesus Navas et Sergio Ramos - -

L’Espagne s’est qualifiée pour les quarts de finale de l’Euro grâce à sa victoire acquise en toute fin de match face à la Croatie (1-0), ce lundi. Mais les Espagnols, longtemps impuissants, ne sont pas passés si loin de l’élimination.

L’équipe de France s’est jurée de ne pas soucier de son adversaire en cas de quarts de finale tant qu’elle n’a pas décroché officiellement décroché son billet. Mais les Bleus savent qu’en terminant deuxièmes de leur groupe, ce mardi soir, ils affronteront le champion d’Europe et du monde en titre. Laurent Blanc aurait même pu s’offrir des retrouvailles avec Slaven Bilic, le sélectionneur croate, avec lequel il avait eu maille à partir en 1998 un soir de demi-finale de Coupe du monde. Car l’Espagne n’est pas passée loin de rentrer à la maison et de laisser sa place à la Croatie, ce lundi à Gdansk. Les Croates, très regroupés, ont longtemps contrarié le plan de jeu des hommes de Vicente Del Bosque.

Avec un peu plus de détermination et de réussite, les coéquipiers de Luka Modric auraient pu ouvrir le score. Mais Ivan Rakitic, seul face à Iker Casillas, a buté sur le gardien espagnol auteur d’un double arrêt sur une tête à bout portant (59e). L’occasion la plus dangereuse d’un match jusqu’ici très monotone. S’ils ont encore une fois monopolisé le ballon, les Espagnols n’ont jamais été en position de tromper Stipe Pletikosa. David Silva s’est montré trop tendre alors que Fernando Torres n’a reçu qu’une munition (23e). Face à cette incapacité à créer le danger, la Croatie a pris le match en main en deuxième mi-temps. Sur un nouveau contre, Perisic a fait passer une nouvelle sueur froide dans les dos espagnols. Mais sa reprise a de nouveau été repoussée par Casillas (79e).

Deuxième pendant 43 minutes

Sur le banc, Vicente Del Bosque est apparu en manque de solution. La sortie de Fernando Torres, remplacé par Jesus Navas (61e), alimentera la polémique sur le chainon manquant à la pointe de l’attaque espagnole. La Roja a finalement trouvé la parade en fin de match sur une géniale inspiration de Cesc Fabregas conclue par Jesus Navas (1-0, 88e). Un but inscrit à 100% par deux joueurs entrés en jeu et qui offre la première place du groupe aux Espagnols. Pendant 43 minutes, ils ont hérité de la deuxième position. Finalement première du Groupe C, l’Espagne attend maintenant le nom de l’équipe qui terminera à la deuxième place dans le groupe D : la France, l’Angleterre ou l’Ukraine. Au regard de sa prestation loin d’être aboutie, l’Espagne est peut-être apparue moins intouchable. Le champion a eu chaud. Mais le champion est toujours debout.

NC