RMC Sport

L'Euro pour les nuls: le business de la compétition

Bordeaux et son nouveau stade devraient faire partie des grands bénéficiaires de l'Euro 2016.

Bordeaux et son nouveau stade devraient faire partie des grands bénéficiaires de l'Euro 2016. - AFP

Tout au long de la semaine, RMC Sport vous invite à (re)découvrir la fabuleuse histoire de l’Euro, dont le tirage au sort de l’édition 2016 aura lieu ce samedi à Paris. Aujourd’hui, gros plan sur le business et les retombées générées par ce troisième événement sportif mondial derrière la Coupe du monde de foot et les JO.

Les sources principales de bénéfices :

- Les 7 sponsors de l’UEFA EURO 2016 qui représentent 400 M€ (Adidas, Coca-Cola, Continental, Hyundai-Kia, McDonalds, Orange, Socar)

- Les 500 M€ générés par la billetterie, sans compter les VIP (loges et autres sièges premium)

- 1 milliard d’euros des droits télés (il s’agit du 3ème événement mondial derrière la Coupe du monde de foot et les JO) dont 110M€ par TF1 et M6, 60M€ par BeIn Sport.

- Les partenaires nationaux de la compétition (FDJ, SNCF, PROMAN intérim, La Poste, Crédit Agricole) pour qui le ticket d’entrée était de l’ordre de 7M€

Les retombées économiques pour la France et les villes-hôtes :

Difficile de quantifier la manne levée par la France et les villes-hôtes durant l’Euro car les projections sont compliquées à réaliser. En revanche, il existe une étude menée à la demande de l’UEFA par le Centre du droit et d’économie du sport de Limoges (CDES) qui a permis de faire une approche financière des retours possibles pour les 10 villes. A savoir :

- Les dépenses des spectateurs dans les villes (restaurants, bars, hôtels) mais aussi au stade avec le billet et dans les futures fans zones.

- Les dépenses des sélections dans les villes-hôtes (les veilles de match) ainsi que dans leurs camps de base.

- Les 170M€ d’aide de l’Etat (pour les constructions et rénovations des stades) + les 21 M€ de l’UEFA (pour la location des stades) sans oublier les 2 M€ versés par l’UEFA à chacune des villes.

L’exemple bordelais :

Avec 5 matches et un stade flambant neuf de 42 000 places, Bordeaux sera l’une des villes les plus « impactées » par l’Euro. A l’issue du tournoi, la cité girondine aura encaissé 126 M€ de retombées en prenant en compte :

- Les dépenses des spectateurs en ville dont le panier moyen est évalué à 353€.

- Les dépenses propres aux supporters étrangers (on en annonce environ 130 000) ainsi que celles enregistrées à l’intérieur de la fan-zone dont la capacité d’accueil sera de 60 000 personnes. Soit entre 88 et 150M€ de recettes.

- Les dépenses de l’UEFA et des équipes qui logeront sur place

Demain, gros plan sur ces "petites nations" qui se sont qualifiées grâce à l'élargissement du format à 24 nations.

dossier :

Euro 2016

J.Resseguié