RMC Sport

L'Italie compte sur Pirlo pour atteindre la finale de l'Euro 2012

L’Italie rencontre l'Allemagne en demi-finale de l'Euro de football 2012. Les espoirs se portent sur Andrea Pirlo qui est éblouissant depuis le début de la compétition et plus particulièrement face à l'Angleterre en quarts de finale.

Francesco Totti, Robin van Persie, Mesut Özil… Sur leurs blogs, sur les réseaux sociaux ou par médias interposés, les éloges pleuvent. Depuis dimanche soir et la qualification de l’Italie pour les demi-finales de l’Euro aux dépens de l’Angleterre (0-0, 4 tab à 2), le monde du ballon rond n’en finit plus de rendre hommage à l’une des stars de l’Euro, que seuls les plus fins observateurs du calcio attendaient à ce niveau. A 33 ans, Andrea Pirlo réalise un Euro merveilleux, à l’image de sa Panenka face à Joe Hart, six ans après un titre de champion du monde qui paraissait alors être le sommet de sa carrière. Auteur d’une fantastique première saison à la Juventus Turin (14 passes décisives, 3 buts), conclue par son deuxième titre personnel de champion d’Italie, le stratège de la Squadra Azzurra (87 sélections) cherchera encore à créer la différence, ce jeudi soir, en demi-finales de l’Euro face à l’Allemagne (20h45). "Il est en pleine renaissance, reconnait le sélectionneur de la Mannschaft, Joachim Löw. C'est un joueur remarquable, ingénieux. Mettre un marquage individuel sur lui n'aurait aucun sens car il aime descendre très bas pour récupérer des ballons". Et pour orienter le jeu.

"Les Allemands ont peur de nous"

Face à l’Angleterre, Andrea Pirlo a ainsi réussi 117 passes et couru 15,2 kilomètres. Une influence considérable au sein d’une Nazionale joueuse, même si elle n’a marqué que quatre buts, dont deux sur des passes décisives de son numéro 21. "Andrea est immense, a estimé son ancien entraîneur Carlo Ancelotti dans la Gazzetta Dello Sport. On peut compter sur lui. Sa Panenka ? Elle a fait basculer la séance de tirs aux buts. Quand tu réussis un numéro de ce genre, tes adversaires dépriment et tes partenaires exultent. Voilà pourquoi Pirlo a été décisif". Et pourquoi certains pensent à lui pour le Ballon d’Or. Complémentaire avec Claudio Marchisio, son coéquipier à la Juve, mais aussi avec Daniele De Rossi et Riccardo Montolivo, l’ancien joueur du Milan AC (2001-2011) ne pense lui qu’à une chose, "gagner l’Euro". "Je suis sûr que les Allemands ont peur de nous et qu'ils ont peur de revivre 2006" lance Andrea Pirlo en pensant à la victoire italienne en demi-finales (2-0 ap). Et peut-être aussi au fait que la Mannschaft n’a jamais battu la Squadra Azzurra en phase finale d’un tournoi international en sept matchs. "J'arrive en fin de carrière et je ne vivrai peut-être plus jamais de telles émotions" ajoute-t-il. Celles qu’il procure resteront gravées.

Toute l'actualité Euro 2012 sur RMCSPORT.fr