RMC Sport

La France en finale

-

- - -

Dans une période sombre pour le football français, l’équipe de France des moins de 19 ans représente un bon bol d’air frais. Les Bleuets se sont qualifiés pour la finale de leur Euro grâce à une victoire dans la douleur sur la Croatie (2-1). En finale, vendredi, ils affronteront l’Espagne, le favori de l’épreuve.

 « Personne ne le dit, mais tout le monde y pense ». Cédric Bakambu, attaquant du FC Sochaux et de l’équipe de France des moins de 19 ans, parle de la finale et des possibles retrouvailles avec l’Espagne. Possibles, car les Bleuets ont presque oublié qu’il reste encore un match à jouer : la demi-finale contre l’épatante Croatie. Tombeuse surprise du Portugal en dernier match de poule (5-0), la formation à damiers rouges et blancs s’est fait plaisir de rappeler aux petits Bleus qu’il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tuée. Trois minutes. C’est le temps qu’il a fallu à Arijan Ademi pour déposer de la tête et sous la barre transversale du portier français un ballon parfaitement délivré par Pamić (0-1). De quoi refroidir les ardeurs du Stade Michel-d’Ornano de Caen à moitié rempli. Devant leur public, les jeunes pousses de Francis Smerecki ont peiné à retrouver le niveau de jeu qui leur avait permis de facilement sortir des phases de poule. Gênés par une équipe croate très bien organisée et solide sur ses bases défensives, ils ont dû attendre un quart d’heure avant de voir le premier tir du lyonnais Yannis Tafer. Et vingt minutes de plus pour enfin égaliser. Gaël Kakuta, le meneur de jeu des minis Bleus, profite d’un mauvais renvoi d’un défenseur des Balkans pour battre Metej Delac de près. Un partout à la mi-temps, balle au centre.

Bakambu double la mise

Le renouveau des coéquipiers du prodige de Chelsea se confirme en deuxième mi-temps. Dominateurs devant, bien emmenés par Antoine Griezmann et Gilles Sunu, les Français confisquent le ballon. Mais les bons automatismes dans les passes ne trouvent pas le même écho dans le dernier geste. Sur les rares contre-attaques croates, ils se font même des sueurs froides sur quelques largesses défensives. Heureusement mal négociées par leurs adversaires du soir. La délivrance viendra finalement du coaching payant de l’entraîneur français. Entré en jeu à la place de Yannis Tafer, Bakambu inscrit d’un plat du pied dans le petit filet le but de la victoire sur une belle percée du néo-Lorientais Francis Coquelin (2-1, 83ème). Plus de peur que de mal donc pour une génération 1991 qui est maintenant en droit de se projeter consciemment vers la finale contre l’Espagne, facile vainqueur de l’Angleterre (3-1). Ou plutôt vers la revanche : il y a deux ans, en finale de l’Euro des moins de 17 ans, ils s’étaient couchés par K.O par quatre buts à zéro.

Maxime Marchon