RMC Sport

La France lance son Euro face à l'Angleterre

Comme en 2004, l’équipe de France de football joue son premier match contre l’Angleterre. Les Bleus se disent confiant mais avouent se méfier de la bande à Steven Gerrard.
-
- © -

5 juillet 2006. Allianz Arena de Munich. Zinedine Zidane s’avance et trompe Ricardo d’une frappe sèche. Un penalty qui élimine le Portugal et envoie les Bleus en finale de la Coupe du monde… Six ans se sont écoulés depuis cette victoire de prestige (1-0). Zizou a rangé ses crampons, Thierry Henry a migré à New York et Raymond Domenech tente de se faire oublier. Mais les Bleus n’ont toujours pas renoué avec la victoire lors d’une grande compétition. Après un Euro 2008 décevant, ils se sont ridiculisés au Mondial 2010. Le tout sans s’offrir le moindre succès. Une traversée du désert que les joueurs de Laurent Blanc ont l’occasion d’interrompre ce lundi (18h).

Pour leur entrée en lice à l’Euro, les partenaires d’Hugo Lloris affrontent l'Angleterre à Donetsk (Ukraine). « Il y a beaucoup d’envie et de détermination, glisse le capitaine de l’équipe de France. On a hâte de débuter le tournoi. On a une équipe très compétitive et on va essayer de le montrer dès ce premier match. » Une victoire serait le meilleur moyen d’y parvenir. Face à une équipe privée de Frank Lampard, Gareth Barry, Gary Cahill, Jack Wilshere (blessés), Wayle Rooney (suspendu) et Rio Ferdinand (non retenu), le challenge semble abordable. A condition dene pas sous-estimer l'orgueil anglais.

Zidane : « 2004 ? Un grand souvenir »

Obligé decomposer avec les moyens du bord, Roy Hodgson va mettre en place une équipe de contre-attaque. Les partenaires de Franck Ribéry vont devoir se montrer patients et efficaces pour prolonger leur série de 21 matches consécutifs sans défaite. « Cette série est importante pour notre confiance, mais ça ne fait pas tout », prévient Lloris. Avec sept joueurs évoluant en Premier League, le groupe français connait parfaitement la bande à Steven Gerrard. Mais cette proximité ne suffira pas à dompter la formation aux Trois Lions. D’autant que Yann M’Vila, touché à la cheville, ne devrait pas être en mesure de tenir sa place dans l’entrejeu.

"Passer le premier tour"

Pas de quoi affoler les partenaires de Karim Benzema, déterminés et ambitieux à l’heure d’entrer dans l’arène. « On réussira notre Euro si on va au bout et qu’on gagne, lâche l’attaquant du Real Madrid. Après, il faut au moins passer le premier tour, en commençant par gagner face à l'Angleterre. » La dernière fois que les Bleus ont croisé leurs rivaux d’outre-Manche à l’Euro, c’était en 2004. Zidane avait offert la victoire en signant un doublé dans les arrêts de jeu (2-1). « C’est un grand souvenir, sourit l’ancien n°10, auteur d’un coup-franc et d’un penalty en trois minutes. On était mal barré dans ce match. Gagner comme ça, à la dernière seconde, ça nous a permis de marquer les esprits. » Un souvenir que les héritiers de 2012 ont bien l’intention de remettre au goût du jour.

Toute l’actualité EURO 2012 sur RMCSport.fr