RMC Sport

La France ou le ridicule qui ne tue pas

-

- - -

Lamentablement battue par la Suède (2-0) à Kiev, l’équipe de France s’est néanmoins qualifiée pour les quarts de finale de l’Euro. Mais sa médiocre prestation n’augure rien de bon face à l’Espagne, samedi (20h45).

L’objectif est atteint pour les Bleus. Comme elle l’avait ambitionné, l’équipe de France est en quart de finale de l’Euro 2012. Elle y parvient pour la 7e fois de son histoire, la première depuis 2004. Pour le reste, il n’y a franchement pas de quoi fanfaronner. Logiquement battue par la Suède à Kiev (2-0), elle termine à la 2e place du groupe D derrière l’Angleterre, vainqueur de l'Ukraine (1-0) en perdant tout le capital confiance acquis lors de ses deux premiers matches.
Elle devra donc se mesurer à l’Espagne, championne de tout, samedi à Donetsk, avec un jour de récupération en moins, et sans Philippe Mexès, suspendu. « On se console avec la qualification, mais si on veut faire quelque chose dans cet Euro, on ne pourra pas reproduire ce genre de match, soupire Karim Benzema, toujours muet en Ukraine. L'Espagne sera favorite, c’est sûr. Il faudra se battre. C'est une des meilleures équipes du monde mais comme c’est une équipe qui joue, on aura plus d'espaces. La confiance est toujours là, mais il faut se remettre à travailler et aussi se reposer. »

L'équipe de France n’abordera pas, non plus, ce match couperet avec un capital de 24 matches sans défaite. Une volée extraordinaire de Zlatan Ibrahimovic (54e) et un but de Larsson (90e) ont mis terme à la deuxième plus belle série d’invincibilité de l’équipe de France (23 matches). Enfin et surtout, excepté Hugo Lloris, aucun joueur n’a donné satisfaction face à des Scandinaves pourtant éliminés à l’heure du coup d’envoi. Sans imagination, prévisibles et timorés malgré la titularisation de Ben Arfa, les Bleus peuvent légitimement trembler avant de défier les Espagnols. « A nous de montrer un autre visage et de prouver qu'on peut aller plus loin dans cette compétition », déclare Yann M’vila. Lucide le Rennais.

Mexès suspendu contre l’Espagne

Ils avaient pourtant imposé un bon rythme lors des premières minutes. De la volonté, un Ribéry remuant, l’équipe de France était sur de bons rails durant le premier quart d’heure avant de s’éteindre de façon assez inexplicable au fil des minutes. Et alors que la charnière Rami-Mexès montre, comme d’habitude, d’inquiétants signes de fébrilité, le jeu tricolore est lui d’une affligeante tristesse.
Pas étonnant, dès lors, de voir les Suédois, sans doute motivés par la prime de victoire d’un million d’euros, pointer le bout de leur nez. Et si Hugo Lloris, de très loin le meilleur tricolore à Kiev, réalise des prouesses (54e, 58e), il ne peut rien sur le chef d’œuvre d’Ibrahimovic, modèle de volée acrobatique (1-0, 55e). Pour ne rien arranger, Mexès est averti (68e) et sera suspendu face à l’Espagne. Larsson, dans les ultimes secondes (90e, 2-0), scelle la belle victoire suédoise. Les Bleus, eux, ont du pain sur la planche. « On s'est dit les choses à chaud dans le vestiaire. J'espère qu'on se remettra en questions car il y a beaucoup de qualités dans cette équipe », conclut Olivier Giroud. On aimerait tellement le croire.