RMC Sport

La France peut trembler

Laurent Blanc

Laurent Blanc - -

Le tirage au sort de l’Euro 2012 a lieu ce vendredi (18h) à Kiev. Placés dans le dernier chapeau, les joueurs de Laurent Blanc pourraient hériter d’un groupe très relevé avec, dans le pire des cas, l’Espagne, l’Allemagne et le Portugal !

La fin d’après-midi s’annonce tendue à Kiev. Le tirage au sort de l’Euro 2012 est prévu ce vendredi à 18h dans la capitale ukrainienne. Une cérémonie à laquelle la délégation de l’équipe de France va assister la boule au ventre. Après plusieurs années de déboires, les Bleus, seulement 12e au coefficient UEFA, ont été placés dans le dernier chapeau. De quoi redouter un tirage dantesque avec, dans le pire des cas, l’Espagne, l’Allemagne et le Portugal. « On peut vraiment tomber sur du lourd, reconnaît Grégory Coupet, l’ancien portier des Bleus. Le pire serait de tomber sur l’Espagne et l’Allemagne. Ce sont les deux épouvantails. Ça peut motiver de jouer face à de telles équipes, mais c’est surtout une source de crainte. » « Les Pays-Bas sont également un ton au-dessus, estime Olivier Dacourt, l’ancien milieu de terrain français. Je pense aussi que l’Italie et l’Angleterre seront au rendez-vous. »

Le salut des joueurs de Laurent Blanc passera sans doute par la Pologne et l’Ukraine, positionnés dans le premier chapeau en tant que pays hôtes. « J’ai beaucoup de respect pour ces deux équipes, mais si on tombe sur elles, je pense que c’est mieux », a confié le sélectionneur des Bleus sur RMC. Le groupe « idéal » pourrait ainsi compter la Pologne, la Russie et la Grèce. Mais là encore, rien ne garantit une issue favorable pour les partenaires de Karim Benzema. « Le niveau de l’Euro est plus élevé que celui de la Coupe du monde, lâche Dacourt. Tous les matches seront compliqués. Les petites nations deviennent de plus en plus difficiles à battre. »

Coupet : « On n’est pas favoris »

Encore plus pour une équipe toujours en construction, qui a eu toutes les peines du monde à se qualifier aux dépens de la Bosnie-Herzégovine. « On n’est pas favoris, c’est le moins que l’on puisse dire, lâche Coupet. Gagner l’Euro, c’est peu envisageable parce qu’on n’est pas rassuré sur notre jeu. » « L’équipe de France n’a pas encore trouvé son rythme de croisière, appuie Luis Fernandez, l’ancien membre du « carré magique ». Il y a des équipes qui nous sont supérieures. On s’avance dans une position d’outsider. »

Une position qui pourrait permettre aux Bleus de se surpasser en Ukraine et en Pologne. « La France n’est pas favorite de la compétition, mais je pense que Laurent Blanc fait du bon travail, glisse Michel Platini, le président de l’UEFA. L’équipe est en train de s’améliorer. Si elle veut devenir une grande équipe, il faut qu’elle ait des bons résultats à l’Euro. » Un tirage au sort clément lui faciliterait sans doute un peu la tâche…

Alexandre Jaquin (avec la rédaction)