RMC Sport

La Turquie s’y voit déjà

-

- - -

L’UEFA désignera ce vendredi le pays organisateur de l’Euro 2016. La France est favorite mais, la candidature turque reste redoutable.

« Je suis sûr que nous allons gagner ». Comme Mehmet, étudiant en droit à l’université de Galatasaray, ils sont nombreux dans les rues d’Istanbul à afficher leur confiance. L’UEFA dévoilera ce vendredi à Genève le nom du pays organisateur de l’Euro 2016.
Si la France semble en ballotage favorable, les Turcs sont loin d’avoir abdiqué. Au contraire. Beaucoup d’entre eux sont persuadés que leur pays va rafler la mise. « On a vraiment beaucoup travaillé sur notre dossier, assure Nihat, l’attaquant de Besiktas et capitaine de la sélection. On va construire six nouveaux stades, sans compter la rénovation de trois autres enceintes. »

Nihat : « On a beaucoup travaillé »

Forte du soutien populaire, L’Etat a signé des garanties à hauteur de 920 millions d’euros pour financer ces travaux. Grâce à une telle enveloppe, la Fédération turque de football (TFF) est en mesure de fournir des écrins flambants-neufs. Le gouvernement Erdogan, engagé dans un processus d’adhésion à l’Union Européenne, compte sur l’Euro 2016 pour donner une bonne image du pays. « C’est très important pour notre futur, explique Nihat. La Turquie n’est pas trop connue dans le monde. Nous voulons montrer qu’il fait bon vivre chez nous. »

Même si les médias n’en parlent que très peu ces deniers jours, l’enjeu est primordial pour la Turquie. Editorialistes, sportifs, politiques, tout le monde est mobilisé pour servir la cause. Et personne n’envisage la défaite. « On a bien travaillé, glisse Suheyl Onen, un membre de la TFF. Il n’y a aucune faiblesse sur notre dossier. On y croit. »