RMC Sport

Les Bleus à l’heure du rebond

Diarra, Benzema et Ribéry vont devoir passer la vitesse supérieure face à l'Ukraine vendredi

Diarra, Benzema et Ribéry vont devoir passer la vitesse supérieure face à l'Ukraine vendredi - -

Après le nul contre l'Angleterre (1-1), l’équipe de France a déjà le regard tourné vers son rendez-vous capital vendredi face à l’Ukraine. Pour s’éviter une grosse désillusion, les Bleus devront gérer la pression du résultat ainsi que les fortes températures.

Une entame de match à revoir
Le principal enseignement de ce match nul contre l’Angleterre est dressé par Laurent Blanc lui-même. « J’ai vu que mon équipe avait du mal à entrer dans le match, constate le sélectionneur. Est-ce la crainte, l’enjeu ? Possible. On s’aperçoit que cette équipe n’a pas toutes les assurances dans une grande compétition ou dans un match à enjeu. Ça prouve qu’on doit progresser individuellement et collectivement. » Comprenez que cette équipe manque d’expérience et sans doute de joueurs cadres capables de prendre les choses en mains sur le terrain. Après la victoire de l’Ukraine contre la Suède (2-1), les Bleus se trouvent pourtant au pied du mur. Ce succès remet en cause la hiérarchie d’un groupe plus ouvert que prévu. En fin observateur, Laurent Blanc n’aura pas manqué de sensibiliser ses joueurs sur cette redistribution des cartes.

Pas de vaste turn-over en vue
Laurent Blanc ne devrait pas opérer de révolution dans son 11 qui débutera vendredi contre l’Ukraine à Donetsk (18h). Parmi les probables sortants, Alou Diarra et Florent Malouda. Le premier a pris un coup contre l’Estonie (4-0) lors du dernier match de préparation, il n’est peut-être pas encore en mesure d’enchaîner les rencontres. Il pourrait glisser sur le banc en cas de retour de Yann M’Vila. Le deuxième changement sera sans doute d’ordre plus tactique avec un repositionnement de Nasri dans l’axe du milieu au détriment de Florent Malouda. Le poste d’ailier droit reviendrait donc à Hatem Ben Arfa, Jérémy Ménez ou Mathieu Valbuena. « On va voir l’état de tout le monde, continue Blanc. Il y aura des changements si on estime que tactiquement des joueurs peuvent amener un plus par rapport à l’Ukraine. »

Des températures qui inquiètent
Plus de 20°C à la fin du match. Près de 35°C dans l’après-midi… Les températures continuent à monter du côté de Donetsk. A chaque arrêt de jeu, les joueurs anglais et français se sont précipités vers leur banc de touche respectif pour s’hydrater. Et ça ne s’arrange pas puisque les prévisions annoncent un temps semblable vendredi. « Je ne sais pas comment on fait pour se préparer à la chaleur. Il a fait très chaud, détaille Blanc. Il va falloir bien récupérer physiquement. S’il fait aussi chaud face à l’Ukraine, ça va être compliqué pour les deux équipes. »
Pour se préparer, les Bleus se sont mis à la cryothérapie, très en vogue et déjà utilisée à l’INSEP ainsi que dans plusieurs équipes cyclistes, ainsi qu'auprès des rugbymen. A la fin de l’entraînement, les joueurs enfilent ainsi leur veste pour faciliter la récupération : « Des gilets qui ressemblent à a des gilets pare-balles avec 8 packs de glace, des vestes qui pèsent 400g à vide et avec les packs 1,9kg », explique le docteur Bryand. Une arme secrète qui devra rapidement porter ses fruits.