RMC Sport

Les Bleus s’en contenteront

-

- - -

Dominatrice, l’équipe de France a pourtant peiné pour battre la Colombie (1-0). Les Bleus, prometteurs mais irréguliers, ont encore bien des points à peaufiner avant d'en découdre avec la Roumanie.

L’essentiel est sauf. Enfin presque. En fait, il y a plusieurs manières d’aborder le résultat du France-Colombie livré par les Bleus mardi soir sur la pelouse du Stade de France. Les plus optimistes pourront dire que les Bleus, vainqueurs de Sud-Américains amicaux sur le papier mais teigneux sur le terrain, n’ont pas perdu un seul de leur match de préparation et pourront aborder l’Euro dans une spirale positive. D’autres, forcément plus réticents, affirmeront que cette équipe de France-là a alterné le bon et le moins bon, a peiné à transformer une rencontre a priori facile en un résultat sûr, bref, que les Bleus n’ont pas su maîtrisé leur sujet comme ils l’auraient dû et ce, malgré une pléthore d’occasions.

Au terme des 90 minutes passées sur le pré par les protégés de Raymond Domenech, ses deux avis constituent finalement l’analyse générale de la prestation livrée sur le pré par les défenseurs du maillot bleu. Pourtant, tout semblait bien parti pour les Tricolores, disposés à enflammer le public du Stade de France. Quelques minutes ont suffi au duo Benzema-Ribéry, toujours aussi complice pour déséquilibrer le bloc colombien, à laisser entrevoir les espoirs d’un match placé sur le signe de l’offensive. Mais alors que le premier quart d’heure de jeu tarde à pointer le bout de son nez, c’est la Colombie, par le pied droit d’Escobar, qui trouve le poteau de Coupet (9e).

Pas assez tueur devant le but

Cet avertissement sans frais a le don, « fâcheux », de calmer, en partie seulement, les ardeurs françaises. Mobile, très agressive sur le porteur du ballon, généreuse, la formation tricolore ne parvient plus à imiter ces deux minutes initiales de jeu durant lesquelles elle confisqua le cuir à son adversaire. Les occasions nettes seront là, indispensables pour rassurer un groupe désormais tourné vers la compétition et son match d’ouverture face à la Roumanie. Mais elles ne seront jamais concrétisées par le clan bleu. Malouda (32e), Henry (40e), Ribéry (70e) ou encore Benzema (35e) ne parviennent pas à faire fléchir une défense colombienne aux abois et dirigée par un portier (Julio) plus habile à repousser les vagues adverses qu’à les contenir.

Pour la délivrance, les Bleus devront s’en remettre à l’œil juste de l’anglais Mike Dean, bien inspiré d’accorder un penalty aux pensionnaires du Stade de France pour un tirage de maillot dans la surface sur Thierry Henry. Le nouveau centenaire sous le maillot frappé du coq aurait pu se faire justice lui-même. C’est finalement Ribéry, auteur d’un match complet pour ne pas dire splendide, qui se chargera d’exécuter la sentence (24e, 1-0). La libération aurait pû, aurait dû venir d’ailleurs du pied de Benzema, de plus en plus incontournable mais maladroit dans son duel face à Julio (57e). La meilleure occasion de but des Bleus.

Celle qui résume à merveille finalement un match où les Bleus auront fait le boulot, sans véritablement inquiéter, sans vraiment rassurer non plus. Lundi, lors de son entrée en lice face à la Roumanie, l’équipe de France devra montrer un tout autre visage. Dans la lignée de ce qu’elle a montré mardi soir sur le plan de l’envie, du jeu mais avec plus d’autorité et de liant entre les lignes. De quoi remplir le carnet de notes et le planning de travail de Raymond Domenech pour ces prochaines heures.

La rédaction - Alix Dulac