RMC Sport

Nasri-Ménez, les talentueux agaçants

Jérémy Ménez

Jérémy Ménez - -

Ils ont les défauts de leurs qualités. Ou l’inverse. Que ce soit Samir Nasri ou Jérémy Ménez, ils sont tous les deux parvenus à débloquer la situation de l’équipe de France dans cet Euro. Non sans avoir suscité la critique.

Ils sont l’avenir de l’équipe de France. Ils en sont également le présent. Largement évoquée depuis le début de la préparation de l’équipe de France, la génération 1987 est en train de vivre sa première grande compétition sous le maillot bleu. Parmi eux, Jérémy Ménez ou Samir Nasri. Tous les deux décisifs lors des deux premiers matchs. Tous les deux buteurs, également. Le Parisien a d’ailleurs mis du temps avant de marquer son deuxième but en bleu contre l’Ukraine. Il y a d’abord eu un but logiquement refusé pour hors-jeu. Puis Ménez s’est incliné dans deux un-contre-un face à Piatov. De quoi en agacer certains, à commencer par Laurent Blanc qui n’a cessé de replacer l’ancien Sochalien, notamment en deuxième mi-temps, quand celui-ci se trouvait à quelques mètres du banc des remplaçants français.

Et puis il y a eu cette 53e minute. Benzema trouve son pote qui marque le premier but de la rencontre. « Il pourrait marquer encore plus de buts si dans sa tête il se mettait plus d’objectifs », soulignait après la rencontre le Madrilène. Un dilettantisme apparent dont son sélectionneur est parfaitement conscient. « Les joueurs qui ont du talent sont souvent agaçants, souvent quand ils loupent, mais jubilatoires quand ils réussissent, explique l’ancien défenseur central. Certains n’agacent jamais mais ils n’ont pas de talent. Il faut être très rigoureux et exigeant avec ce genre de joueurs. »

Des joueurs qui nécessitent une attention particulière

C’est finalement tout le paradoxe de ces joueurs talentueux. On attendrait d’eux qu’ils respectent les consignes, se replacent défensivement, fassent la passe juste, mais ce sont eux qui font chavirer le stade sur un exploit personnel. Samir Nasri en a parfois fait les frais. Sa réponse : le but égalisateur contre l’Angleterre. C’est désormais Jérémy Ménez qui cristallise toutes les attentions. « On sent qu’il a un potentiel énorme, peste Jean-Michel Larqué. Je lui reproche de ne pas assez assumer sur le plan défensif. Pourtant, offensivement, il est très dangereux. Quand il y a une perte de balle, qu’il revienne, comme le font Benzema et Ribéry. En faisant cet effort, il deviendrait un très grand joueur. »

Et puis il y a des ego à gérer. « Il faut leur montrer de l’affection, leur dire qu’ils sont déterminants. Déterminant pour gagner un match, pour renverser une situation difficile, avance Grégory Coupet. Mais c’est toujours un peu délicat. » Pas un hasard si Laurent Blanc s’entretient souvent avec Samir Nasri lors des entraînements ou si Jean-Louis Gasset encourage Ménez lors des petits jeux. Pour le premier, cela se traduit d’ailleurs par de la décontraction lors des séances ouvertes à la presse. Ancien joueur de tempérament, Olivier Dacourt ne voit pas pourquoi on devrait les brimer : « Je ne trouve pas que ce soit un problème d’avoir du caractère. Je préfère avoir des joueurs avec beaucoup d’ego et de personnalité que des moutons ».

Le titre de l'encadré ici

« Strike » pour les Bleus|||

C’est la bonne nouvelle de ce dimanche à Donetsk. Après avoir effectué un entraînement plus léger que ses coéquipiers la veille, Yohann Cabaye était de retour avec le reste du groupe pour la séance du matin.  « Les joueurs ont très bien récupéré pour le match à venir. Ils sont en pleine forme, détaille François Darra, l’un des kinés des Bleus. Notre satisfaction est de les avoir amenés à cet état là et d’effacer les petits bobos. » L’entraîneur dispose de tout son effectif. Dans l’après-midi, les joueurs se sont offert une sortie dans la ville. Non pas pour y faire du shopping, mais pour pratiquer des activités ludiques. Escorté par une voiture de police, le bus des Bleus a quitté Kirsha à 16h. L’encadrement avait privatisé le lounge de l’un des hôtels qui jouxte la Donbass Arena.

Tous les joueurs y sont restés environ 1h30. Au programme, bowling sur l’une des six pistes pour certains, billard pour d'autres. A la table de billard, Olivier Giroud et Hugo Lloris, notamment, ne semblaient pas vraiment à l’aise… Sur les pistes de bowling, c’est Hatem Ben Arfa qui a semblé le plus adroit. A la sortie de l’hôtel, les joueurs étaient attendus par une vingtaine d’Ukrainiens, dont beaucoup d’enfants. Une ado âgée d’environ 12 ans a interpellé Franck Ribéry, avec l’accord du chef de presse de l’équipe. Le milieu de terrain de Munich lui a fait signe de s’approcher pour être pris en photo avec cette fan et son papa. Une fois le cliché enregistré, la jeune fille était la plus heureuse du monde.

Le titre de l'encadré ici

Retrouvez toute l'actu de l'Euro grâce à RMC Sport sur Facebook et Twitter!|||

@RMCsport sur Twitter

RMC Sport sur Facebook

Mais aussi toute la Dream team foot RMC Sport :

Rolland Courbis sur Facebook

Rolland Courbis sur Twitter (@CoachCourbisRMC)

Luis Fernandez sur Facebook

Luis Fernandez sur Twitter (@Luis_RMC)

Jean-Michel Larqué sur Facebook

Jean-Michel Larqué sur Twitter (@LarqueFoot)

@AfterRMC sur Twitter

L'After sur Facebook

Pierrick Taisne (avec JR et JS) à Donetsk