RMC Sport

Scolari n’a pas pris de gants

Le sélectionneur du Portugal, Luiz Felipe Scolari, a annoncé son départ de la sélection pour Chelsea à la fin de l'Euro alors que l'équipe venait de valider son billet pour les quarts de finale. Les joueurs ont moyennement apprécié.

Le Portugal a tout pour être heureux, enfin avait tout pour être heureux, après sa victoire probante sur la République tchèque (3-1), synonyme de qualification pour les quarts de finale de l’Euro. Jusqu’à ce que Luiz Felipe Scolari, l’entraineur de la Selecçao, annonce son départ pour Chelsea à l’issu de la compétition. Le boss a fait part de son « transfert » à l’occasion du diner d’après-match en présence du président de la fédération portugaise Gilberto Madail. La « bonne nouvelle » a été mollement applaudie par Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers.
Ces derniers, et on les comprend, ont moyennement apprécié le procédé alors que l’équipe aborde le deuxième tour de l’Euro avec de légitimes ambitions. Finaliste malheureux il y a quatre ans contre la Grèce (1-0), le Portugal cette fois produit un jeu qui le place parmi les favoris au titre. La sortie de Scolari à mi-chemin de la campagne européenne plombe l’ambiance. Au mauvais timing, on peut également reprocher au Brésilien de ne pas avoir tenu parole. Avant l’Euro, Scolari avait juré qu’il mettrait entre parenthèses son avenir personnel pendant le tournoi. Non seulement, il a fait le contraire, mais il a également fait des émules en autorisant Deco à effectuer un aller-retour à Barcelone. Le milieu de terrain serait passé en Catalogne pour négocier son départ du Barça. Un transfert à Chelsea, nouveau club de Scolari, est évoqué en Angleterre et en Espagne. Mercato quand tu nous tiens…

La rédaction