RMC Sport

Sélectionneurs : qui part, qui reste, qui est sur la sellette ?

Sur les 16 sélectionneurs de l'Euro 2008, 7 quitteront leur poste à la fin de la compétition.

Sur les 16 sélectionneurs de l'Euro 2008, 7 quitteront leur poste à la fin de la compétition. - -

Comme à chaque fois, le championnat d’Europe des nations a lancé un grand jeu de chaises musicales chez les sélectionneurs. Le point sur les changements à venir, à commencer par le cas Domenech.

Où sera Raymond Domenech le 4 juillet au lendemain de la réunion qui doit décider de son destin à la FFF ? Personne ne le sait à part peut-être Jean-Pierre Escalettes. Domenech a tenu quatre ans à la tête de l’équipe de France de football. Renforcé après la finale du Mondial 2006, il a perdu beaucoup de sa superbe après les nombreux ratés de ce championnat d’Europe. Doit-on tout effacer et tout changer à deux ans de la Coupe du monde en Afrique du Sud ? Ou doit-on jouer la continuité en gardant l’ancien joueur de l’Olympique lyonnais ? C’est la question, Jean-Pierre Escalettes est partisan du statu-quo. Si le nom de Didier Deschamps revient avec le plus d’insistance pour lui succéder, la tendance est au maintien de Domenech sous conditions (style de jeu, organisation, communication).

Ils resteront

Allemagne : Joachim Löw a réussi la succession de Jürgen Klinsmann. Avec cette finale contre l’Espagne, Löw sort renforcé de cette campagne austro-suisse. L'adjoint de Klinsmann au Mondial 2006 restera jusqu’en 2010 comme le prévoit son contrat… s’il qualifie l’équipe pour le rendez-vous sud-africain.

Croatie : Autre sélectionneur à sortir renforcé, Slaven Bilic. Après la déception de la défaite en quart de finale aux tirs au but face à la Turquie, Bilic a pensé un moment jeter l’éponge avant de se raviser. Il sera au rendez-vous de 2010.

Turquie : Le sélectionneur turc Fatih Terim conservera son poste jusqu'à la Coupe du monde 2010. Terim avait pourtant annoncé après la défaite de la Turquie en demi-finale de l'Euro face à l'Allemagne (3-2), qu'il souhaitait quitter la sélection turque pour entraîner dans un pays européen. D'après des médias turcs, Terim était en contact avec des clubs italiens.

Grèce : Otto Rehhagel bénéficie d’une aura incroyable en Grèce après la victoire acquise en 2004. Déjà âgé (69 ans), le prestige du « Roi Otto » n’a pas pâti de l’élimination des Grecs dès la première phase avec 0 point et un seul but marqué. Même s’il a refusé de communiquer sur son avenir, Rehhagel sera toujours sélectionneur de la Grèce pour les éliminatoires de Coupe du monde.

Pologne : Comme Rehhagel en Grèce, Le Néerlandais Leo Beenhakker jouit d’une grande popularité en Pologne. Le président voulait faire de lui un citoyen polonais. Mêm s'il a refusé, la qualification de la Pologne pour cette compétition suffit à le légitimer au moins jusqu’en 2010.

Roumanie : après une campagne de qualification réussie (1ere place devant les Pays-Bas), la Roumanie a loupé son Euro avec une troisième place et deux points. Vitor Piturca n’est pas menacé et sera aux manettes à la rentrée.

Russie : Guus Hiddink a encore épaté tout le monde avec une formation de second rang. Eliminé en demi-finale avec la Russie, Hiddink a réussi le même coup qu'avec l'Australie au Mondial 2006 et la Corée du Sud quatre ans plus tôt en Asie. Le président Medvedev est allé jusqu'à lui proposer la nationalité russe. Il vise maintenant la Coupe du monde 2010.

Suède : La Suède a raté son Euro (éliminée en poule). Le président de la Fédération suédoise a néanmoins confirmé son soutien à Lars Lagerbäck. Le technicien aux lunettes ira au terme de son contrat prévu en 2010.

Ils partiront

Autriche : Josef Hickersberger va s’en aller. Après l’élimination de son équipe à l’Euro, il a remis sa démission. Son successeur sera connu dans 3 à 4 semaines.

Espagne : Juste avant la demi-finale contre la Russie, le club turc de Fenerbahce a annoncé que Luis Aragones viendrait prendre la tête du club en compagnie de trois adjoints pour deux ans. Luis Aragones n’a pas confirmé l’information. Son départ après l’Euro était déjà acquis. L’ancien entraîneur du Real Madrid, Vicente Del Bosque, est annoncé pour lui succéder à la tête de la Seleccion.

Pays-Bas : Marco Van Basten s’en va après 4 ans à la tête des Oranje et le meilleur bilan des entraîneurs bataves. Comme prévu, il entraînera l’an prochain l’Ajax Amsterdam. Son successeur est connu depuis plusieurs mois. Ce sera Bert Van Marwijk, l’ancien entraîneur du Feyenoord Rotterdam.

Portugal : Au milieu d’un repas, les joueurs portugais ont reçu des SMS de leurs amis qui leur annonçaient que leur sélectionneur, Luis Felipe Scolari, venait de s’engager avec Chelsea. Une annonce qui a peut-être bouleversé le groupe lusitanien dans cette compétition. Pas de successeur pour le moment. On parle de Carlos Queiroz ou de Zico. La Fédération a posé une condition, le nouveau sélectionneur de la Selecao devra parler le portugais.

République tchèque : Les Tchèques aussi ont raté leur compétition. Le vieillissant Karel Brückner (68 ans) va faire ses valises après 6 ans de bons et loyaux services. La Fédération tchèque choisira le 17 juillet. Elle a exclu de prendre un sélectionneur étranger. Klaus Toppmöller, l’ancien entraîneur de Hambourg, s’était porté candidat.

Suisse : Le sort de Kobi Kuhn était scellé depuis longtemps. 7 ans après sa prise de fonctions, Kunh prend sa retraite avec trois points et une victoire des Suisses face au Portugal lors du dernier match de poule. Comme entendu, Ottmar Hitzfeld, l’entraîneur du Bayern Munich, prendra les rênes de la Nati en septembre.

Italie : Elmiminés en quart de finale, les champions du monde sont tombés de leur piédestal et Roberto Donadoni avec. On rappelle au secours le héros de 2006, Marcello Lippi.

La rédaction