RMC Sport

Squillaci : « On prend nos repères »

-

- - -

L’arrière central des Bleus livre ses impressions à 24 h du dernier galop d'essai, mardi contre la Colombie, avant l'Euro.

Sébastien Squillaci, ce 0-0 contre le Paraguay, ça vous inquiète ?
On a produit du jeu, on a eu des occasions. Sans ces deux barres, on aurait marqué des buts, ça fait partie du jeu. La réussite est parfois avec nous, et d’autres fois, non. Hier (samedi), ça n’a pas été le cas, mais le match a été agréable à regarder.

Après le match, Domenech a regretté que vous ayez joué un « trop beau » football… Comment comprenez-vous cette remarque ?
Il n’a pas tort, le plus important, c’est de marquer des buts, et l’efficacité à manqué. Ça fait partie du jeu, il a manqué ce petit but…

Jouer des équipes sud-américaines en préparation, ça vous apporte quoi à une semaine de l’Euro ?
C’est un football différent, très technique, même si on l’a vu avec la Paraguay, ça peut être aussi très physique. C’est bien de prendre des repères avant la compétition.

N’est ce pas un peu trop ces trois matches de préparation en une semaine ?
Non, c’est bien, ça permet de faire une revue d’effectif. C’est important de se préparer avant les échéances importantes qui arrivent, et ça se ressent aux entrainements comme dans les matches.

La Colombie que vous jouez mardi est l’adversaire que l’on connaît le moins. Qu’en savez-vous ?
Pas grand-chose ! On va voir les vidéos…

Etes-vous inquiet des pépins physiques de certains comme Patrick Viera ?
C’est sûr que ce sont des joueurs importants pour l’équipe de France. Je ne sais pas exactement l’état de gravité de sa blessure, mais c’est un jouer cadre, et on aura besoin de lui pour l’Euro.

Et vous, après une grosse saison avec l’Olympique Lyonnais, comment vous sentez-vous ?
J’ai joué pas mal de matches cette année, mais quand on a la chance d’être dans les 23, on oublie la fatigue. On a eu une semaine à Tignes pour récupérer et s’oxygéner, et moi je me prépare pour ces matches.

L’ambiance parait très bonne dans le groupe…
On pense aux 7 qui nous ont quittés, ce sont des joueurs que l’on apprécie, et on n’aimerait pas être à leur place. Même si ça a été un peu dur de les voir partir, l’ambiance a toujours été bonne. Pour gagner, il faut que ça se passe bien dans le vestiaire.

Vous sentez monter la pression de l’Euro ?
La concentration, oui, et sans cette concentration, on l’a vu contre le Paraguay, on ne peut pas être à 100% et ça peut être difficile de gagner.

Suivez-vous l’actualité du club ?
Le coach est toujours le même et il n’y a pas eu de changements… c’est tout ce que je sais.

La rédaction - Loïc Briley