RMC Sport

Une affaire Nasri ? Quelle affaire Nasri ?

Le geste de Samir Nasri, pendant le match contre l'Angleterre, hier, a fait couler beaucoup d'encre dans la presse. Aujourd'hui, après une discussion entre Laurent Blanc, le président de la FFF et Samir Nasri "l'affaire Nasri" est classée.

Samir Nasri tout sourire sur le terrain d’entraînement de Kirscha. Le milieu de terrain de Manchester City plaisante avec ses coéquipiers, et notamment Patrice Evra, lors du décrassage au lendemain du match contre l’Angleterre (1-1). La veille, il avait confié à RMC Sport que son "Fermez vos g…", prononcé après son but égalisateur, était destiné à un journaliste du quotidien L’Equipe. Alors forcément, le moindre de ses gestes était épié ce mardi. Quelques minutes avant l’entraînement fixé en fin d’après-midi, il y a bien eu quelques mots échangés avec Laurent Blanc au moment d’entrer sur la pelouse. Puis s’est déroulée la séance. Comme si de rien n’était. Mais la franche explication a eu lieu quelques heures plus tôt, à l’abri des regards et des objectifs indiscrets. Dans la matinée, l’ancien marseillais s’était entretenu avec le président de la FFF, Noël Le Graët. Puis, après le déjeuner, avec son sélectionneur, Laurent Blanc.

Samir Nasri tout sourire sur le terrain d’entraînement de Kirscha. Le milieu de terrain de Manchester City plaisante avec ses coéquipiers, et notamment Patrice Evra, lors du décrassage au lendemain du match contre l’Angleterre (1-1). La veille, il avait confié à RMC Sport que son "Fermez vos g…", prononcé après son but égalisateur, était destiné à un journaliste du quotidien L’Equipe. Alors forcément, le moindre de ses gestes était épié ce mardi. Quelques minutes avant l’entraînement fixé en fin d’après-midi, il y a bien eu quelques mots échangés avec Laurent Blanc au moment d’entrer sur la pelouse. Puis s’est déroulée la séance. Comme si de rien n’était. Mais la franche explication a eu lieu quelques heures plus tôt, à l’abri des regards et des objectifs indiscrets. Dans la matinée, l’ancien marseillais s’était entretenu avec le président de la FFF, Noël Le Graët. Puis, après le déjeuner, avec son sélectionneur, Laurent Blanc.

Son père : "Il regrette d’avoir été maladroit"

Deuxième question sur le sujet : "En France, cela a pu être vécu comme un geste de mauvais garçon, deux ans après ce que vous savez", avance un confrère. Laurent Blanc enchaîne : "Ça, ça vous intéresse, hein ? Je le sais. Moi, cela ne m’intéresse pas. Les réactions des joueurs sont personnelles. S’il y a des garçons qui ont des problèmes personnels avec certaines personnes ici présentes (des journalistes, ndlr) ou avec certains médias, vous pouvez le régler. Si ça intéresse des gens, il faut que le problème soit réglé et il le sera." Troisième question, le ton se fait alors plus agacé encore : "Je suis là pour parler du match de l’Ukraine ou éventuellement du match contre l’Angleterre. (…) S’il y a des questions à lui poser, vous aurez certainement l’occasion de le faire pendant le tournoi. Prochaine question."

Invité de l’Intégrale Euro 2012 sur RMC, le père de l’ancien Gunner a notamment déclaré avoir mal vécu cet épisode. Tout comme sa femme. "Je prends très mal ces critiques, ma femme encore plus, a-t-il expliqué. Samir a eu cette maladresse envers les journalistes. Je lui ai expliqué que ce n’est pas la meilleure manière de répondre. Je ne cautionne pas ses sautes d’humeur. Mais ça peut se comprendre. Ce quotidien le harcèle, le martèle et veut le faire sortir de l’équipe. Il regrette d’avoir été maladroit. Il ne faut pas lui tenir rigueur de ce geste. Ça peut arriver à n’importe qui, mais il ne doit pas montrer ses états d’humeur." Affaire classée.

Toute l'actualité Euro 2012 sur RMCSPORT.fr