RMC Sport

Une technologie anti-drone testée pendant l'Euro 2016

-

- - AFP

Responsable de la sécurité de l’Euro 2016, Ziad Khoury a confié à l’agence de presse AP qu’une technologie anti-drone serait déployée durant la compétition pour prévenir d’éventuels survols des stades et des terrains d’entraînement des sélections.

Programmé sept mois après les attentats de Paris, l’Euro 2016 se déroulera forcément dans une atmosphère alourdie par les mesures sécuritaires. Parmi les inquiétudes des organisateurs figure la prolifération des drones. Ils ont donc décidé d’adopter un dispositif afin de se prémunir de tout danger venu du ciel. « Des zones d’exclusions aériennes seront définies pour chaque terrain d’entraînement et chaque stade, a expliqué Ziad Khoury, responsable de la sécurité de la compétition, dans un entretien accordé à l’agence de presse américaine AP. Pour la plupart des matches, des mesures anti-drone – qui seront plutôt innovantes – seront déployées, en collaboration avec l’Etat, qui pourra intercepter ces drones et en prendre le contrôle dès qu'ils seront repérés. »

« L'idée n’est pas de détruire les drones »

Le mois dernier, le stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne avait été le théâtre d’un exercice simulant une attaque chimique par l’intermédiaire d’un drone. « Lorsque vous préparez un événement de cette taille, vous devez imaginer tous les scénarios, même le plus improbable », poursuit Ziad Khoury, qui reconnait toutefois que les technologies actuelles « ne sont pas nécessairement infaillibles. (…) Le phénomène des drones est récent. Disons que c’est une mesure dissuasive qui n’existait pas lors de manifestations sportives précédentes. L'idée n’est pas de détruire les drones, car il pourrait y avoir des dommages collatéraux, notamment s’ils s’écrasent dans le public. Le but est de les empêcher de voler au-dessus des stades et peut-être d'arrêter leurs pilotes. »