RMC Sport

Bordeaux ne veut pas gâcher

-

- - -

Absents de toutes compétitions européennes depuis deux saisons, les Girondins de Bordeaux retrouvent ce jeudi avec plaisir la Ligue Europa face à Bruges (19h). Les dirigeants ont même annoncé vouloir la jouer à fond.

En avril 2010, Bordeaux perdait en quart de finale de Ligue des champions contre Lyon. Depuis, les rencontres européennes n’accordaient plus leur faveur aux Girondins, 6es en 2010 et 7es la saison suivante en championnat. Le club au scapulaire aura donc vécu deux ans et demi sans coupe d’Europe en raison de ses « mauvais » classements. Une « éternité » pour les dirigeants mais également pour les joueurs, impatients d’en découdre.

« C’est un moment différent, ça change du championnat ou des coupes nationales, s’enthousiasme Grégory Sertic. Moi, je trouve ça beau, j’adore jouer ces coupes-là, parce qu’on joue contre des étrangers, et parce que ce sont des moments uniques pour un footballeur. »

Chaban-Delmas retrouve le goût de l’Europe

Ce long sevrage continental a fait naître de nouvelles ambitions pour le club de Nicolas de Tavernost, déterminé à bien figurer en Ligue Europa. « Il faut au moins passer cette phase de poules pour pouvoir assumer les propos sur le fait qu’on va la jouer à fond. On ne sera jugé que là-dessus », nuance Ludovic Obraniak, auteur d’un bon début de saison. Outre la motivation de retrouver le parfum des matchs européens, les hommes de Francis Gillot ne veulent pas dilapider leur superbe sprint final de la saison dernière (6 victoires consécutives) mais aussi leur tour qualificatif d’anthologie face à l’Etoile Rouge de Belgrade (victoire 3-2 au bout du temps additionnel après un 0-0 à l'aller). « Sur ce tour, on a vraiment tout donné, tout ce qu’on a pu pour aller chercher cette qualification, abonde l’ancien milieu de terrain lillois. Donc aujourd’hui, on va savourer l’instant présent de pouvoir jouer ce premier match d’Europa League qui plus est à Chaban (Delmas, ndlr). C’est donc un match hyper important pour nous. »

Comme ses troupes, l’entraîneur aquitain Francis Gillot trouve son compte dans cette compétition supplémentaire. L’ancien technicien sochalien pourra profiter des six matches en plus offerts par la phase de poules pour faire tourner son effectif et conserver tout le monde sous pression. Sans oublier de joindre les actes aux paroles de sa direction.

Jérôme Carrère avec Olivier Schwarz