RMC Sport

Francfort, à la maison à… Bordeaux

-

- - -

Avec près de 12 000 spectateurs, les supporters de l’Eintracht Francfort en déplacement à Bordeaux ce jeudi soir dans le cadre de la 5e journée de la phase de poules d’Europa Ligue, vont réaliser un record du genre.

Les mauvais jeux de mots historiques auraient pu être légion. Mais ne dérivons pas. Même si ses supporters font parfois tout pour nous convaincre du contraire, le football n’est pas la guerre. Et dans le ballon rond, surtout en Ligue Europa, une « invasion » étrangère peut parfois permettre de redonner peps et ambiance à une enceinte qui aurait pu en manquer autrement. Prenez Bordeaux et Francfort, par exemple. Pas trop motivés par la C3 cette saison, à l’image des discours de leur coach, les Girondins n’ont pas rempli, et de loin, le stade Chaban-Delmas à l’occasion des deux premiers matches de poule à domicile.

La réception du Maccabi Tel Aviv ? 7 329 spectateurs. Celle de l’APOEL Nicosie ? 10 404. Deux affluences qui vont être largement dépassées ce jeudi soir (21h05) par les seuls supporters de l’Eintracht Francfort, dont près de… 12 000 sont attendus pour cette cinquième 5e alors que l’UEFA « oblige » seulement un minimum de 5% de la capacité du stade réservé aux visiteurs (soit 2 700 places à Chaban-Delmas) ! Un total quasi irréel qui représente le plus important de l’histoire européenne des Girondins. « C’est du jamais-vu en Europe, de pays à pays, pour des matches de poule, précise David Lafarge, responsable de la sécurité du club bordelais. Il n’y a pas de diaspora locale, on a très peu d’Allemands qui habitent à Bordeaux. On a vraiment entre 11 000 ou 12 000 supporters qui vont venir de Francfort. Il y aura plus d’Allemands dans le stade que de spectateurs français. » Logique avec une affluence attendue de 18 000 spectateurs (ils étaient 45 000 à l’aller dans la Commerzbank Arena de l’Eintracht). 

50 stadiers... allemands

Dernier de son groupe avec 3 points, Bordeaux va donc devoir se coltiner le leader, Francfort (9 pts), à domicile dans les faits mais à l’extérieur question tribunes. Le club français a même réservé aux supporters adverses l’intégralité du virage nord. « On n’y peut rien et on ne va pas les empêcher de rentrer, s’amuse Francis Gillot, l’entraîneur des Girondins. Evidemment, c’est un désavantage pour nous. Peut-être qu’en Allemagne, ils accordent plus d’importance à ces matches. Francfort n’a pas joué la Coupe d’Europe depuis longtemps, donc il y a un engouement qu’on trouve peut-être un peu moins en France et à Bordeaux. » Il faut dire qu’à forces d’aligner des équipes bis…

Pour acheminer ses supporters, l’Eintracht a affrété trois Boeing 757 (d’une capacité de 300 places chacun), 70 bus et au moins autant de minibus. Le reste du contingent devrait rejoindre la Gironde par des vols lowcost ou par leurs propres moyens. Pour les encadrer, 500 stadiers du club bordelais seront réquisitionnés – autant que lors des déplacements de l’OM ou du PSG, à comparer aux 180 prévus pour la réception d’Ajaccio dimanche – et renforcés par l’aide, côté allemand, de 50 stadiers, plusieurs policiers et quatre « spotters » (observateurs chargés de repérer les hooligans). Les autorités ont également prévu cinq compagnies de CRS pour venir en renfort de la police bordelaise. Et pour se rendre compte du côté inhabituel d’un tel déplacement de supporters, on vous livre le précédent record du genre à Chaban-Delmas : 8 400 supporters de Galatasaray, dont une grande majorité habitant en France ou en Allemagne, pour un 16e de finale aller de C3 en 2009. Près de 4 000 de moins que le peuple de Francfort ce jeudi.

A lire aussi :

>> Bordeaux : Le groupe pour Francfort

>> Bordeaux touche le fond

>> Ligue Europa : Bordeaux, mauvais touriste...

A.H. avec O.S. à Bordeaux