RMC Sport

Kombouaré sans défense

Antoine Kombouaré

Antoine Kombouaré - -

Qualifié in extremis jeudi soir pour la phase de poules de l'Europa League au détriment du Maccabi Tel Aviv, le Paris SG s'apprête à traverser une période délicate. Deux défaites de rang ont refroidi certains discours...

La méthode reste la même. Inexorable. Kombouaré et ses coups de gueule. Tête basse, pas un mot et voilà une énième soufflante du coach parisien dans les vestiaires jeudi soir à Tel Aviv. Paris est passé mais aux forceps. Kombouaré n'a pas aimé. Parole à la défense. Sakho et Camara sont dans le viseur. Appelé en Bleu, Sakho a la cote et bénéficie d'un crédit certain auprès de son coach. Echaudé par les quatre buts encaissés, le jeune capitaine a d'abord refusé de s'exprimer. Un signe fort. La convocation en Bleu avait pourtant lancé sa journée sous les meilleurs auspices. Rattrapé par le bout du col, Sakho finira par s'exprimer. Sans rien dire. A l'inverse de Clément Chantôme, son coéquipier du milieu de terrain, titulaire à Tel Aviv. Chantôme, timide à l'excès, introverti à souhait, ne parle jamais. Et encore moins après une défaite.

Sous la chaleur du stade Bloomfield, Chantôme lâche une bombe : « On a failli à notre devoir, on n'a pas couru ensemble, souffle-t-il. On n'a pas joué en équipe. On a joué chacun pour sa peau. On voit que le football c'est dur quand on joue chacun pour soit. » Voilà qui ait dit. Guillaume Hoarau ne s'est pas fait prier non plus à l'issue du match. « La sonnette d'alarme a été tirée. Il y a des leçons à retenir. Tactiquement, il faut bosser ! » Des paroles qui font mouche à l'heure où le Paris SG se referme sur lui-même.

Giuly et Armand se posent des questions

Selon nos informations, Antoine Kombouaré souffre aujourd'hui de ne pouvoir se faire comprendre par l'ensemble de son groupe. Entre coups de gueule caractérisés et remplaçants au bord de la dépression, l'ancien Valenciennois doit, une fois de plus, œuvrer afin de souder un groupe qui se déplace à Sochaux dimanche soir pour le compte de la 4e journée de L1 avant de se frotter au FC Séville et au Borussia Dortmund courant septembre en Europa League. Certains cadres à l'image de Ludovic Giuly ou Sylvain Armand, très proche de Jérôme Rothen, se sont posé des questions cet été. Claude Makelelé fait contre mauvaise fortune bon cœur et raisonne en bonne intelligence... contractuelle.

Habitué des crises automnales à répétition, Paris doit solder le passé. Déjà. Cela passe par les départs imminents de Kezman et Rothen, tous deux sur la touche. Le mercato s'achève mardi soir, le temps presse. Kombouaré est sans défense. Ses titulaires grognent, son banc accuse le coup et ses dirigeants ne tirent pas forcément dans son sens. Le coach veut Bisevac, Roche s'est renseigné sur Diakhaté. Paris est bel et bien en plein mois doutes...

C. Co. avec L.B. à Tel Aviv