RMC Sport

Le Sporting Braga à l’horizon

-

- - -

En cas de qualification pour les 8es de finale de la Coupe de l’UEFA, le PSG devrait retrouver le Sporting Braga.

En France, chez les amateurs de football, Braga est davantage connue pour être le port d’attache de la famille Pirès que pour son équipe, le Sporting. Rien que de très logique : bien que fondé dans les années 20, le club n’a jamais été sacré champion du Portugal, devant se contenter d’une seule coupe nationale en… 1966. Sur la scène européenne, il n’a jamais fait mieux qu’un huitième de finale en coupe de l’UEFA, en 2007.
Il devrait, au pire, égaler cette performance dans les jours qui viennent. Large vainqueur du Standard de Liège (3-0), le Sporting Braga est virtuellement qualifié pour le Top 16 de la dernière édition de l’épreuve avant changement de dénomination en Europa League. Car l’actuel 6e du championnat portugais brille avant tout par sa solidité défensive : 11 buts encaissés en 18 rencontres. Trois buts d’avance semblent donc largement suffisants pour mater la rébellion wallonne la semaine prochaine.

Une vieille connaissance

Depuis le début de la saison continentale, les Chtis portugais (Braga est situé dans le nord du pays) sortent leur tenue de gala. Victorieux en Intertoto, ils ont terminé 3e de leur poule grâce à un premier succès de prestige sur Portsmouth (3-0, déjà) dans leur magnifique Stade municipal, construit pour l’Euro 2004. Mais si, vous le connaissez, celui construit à même la roche, avec ses deux immenses tribunes latérales et son toit écolo pour alimenter la pelouse...
Dans son effectif composé quasiment à moitié de Brésiliens, une « vieille » connaissance du foot français : Waston Renteria, étoile filante du RC Strasbourg (2007-2008), buteur mercredi face à Liège. Un francophone aussi : le fantasque et talentueux buteur international camerounais Albert Meyong Ze, meilleur buteur du championnat lusitanien en 2006. Entrainé par Jesus (Jorge Jesus, de son nom complet), ce Sporting-là vaut bien une messe. Si Paris a le bon goût de se qualifier, bien sûr…

La rédaction - J-F.P.