RMC Sport

Les supporters interdits de stade dans le collimateur

Le Parc des Princes

Le Parc des Princes - -

Le ministère de l’Intérieur tente de dissuader les supporters parisiens frappés d’IDS de se rendre à Séville, à l’occasion de la rencontre en Ligue Europa ce jeudi (21h05). Enquête.

Le déplacement du PSG à Séville, jeudi en phase de poules de Ligue Europa, est le théâtre d’un nouveau bras de fer entre les autorités et la frange la plus radicale des supporters parisiens. Selon nos informations, les services de la Préfecture de Police de Paris s’emploient depuis plusieurs jours à dissuader les personnes frappées d’une interdiction de stade (IDS) de se rendre en Espagne. « Je mets en garde très fortement les personnes qui font l’objet d’une IDS et qui auraient l’intention d’embarquer et d’aller à Séville », confirme le commissaire Antoine Boutonnet, à la tête de la division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH), unité spécialisée rattachée au ministère de l’Intérieur, crée à la fin de l’année 2009.
L’ancien chef du centre d'information et de commandement de la Seine-Saint-Denis lors de la Coupe du Monde de 1998 va plus loin. « Je conseille très vivement à ces personnes d’aller directement se faire connaître dans leur commissariat habituel parce que s’il y a des problèmes ça leur permettra de démontrer qu’elles étaient sur le territoire national. » Les supporteurs du PSG qui font l’objet d’une IDS (1) vont donc, et c’est une nouveauté, pointer au commissariat comme s’il s’agissait d’un match de Championnat classique.

Des physionomistes dans les aéroports

Mais qu’adviendra-t-il en cas de forcing de certains supporters ? « Nous avons des physionomistes dans tous les aéroports et points de passage capables d’identifier les individus à risque, prévient le patron de la DNLH. Notre mot d’ordre est de ne pas exporter la violence à l’extérieur. »
Face à ce tour de vis sécuritaire, les supporteurs s’organisent. Me Gilbert Collard, représentant d’une quarantaine d’ex-Boulogne Boys interdits de stade, a déposé des recours devant les juridictions administratives. « Nous contestons le fait qu’ils soient frappés d’une IDS mais de là à étendre ces sanctions au plan international, c’est le principe de la double peine, s’indigne l’avocat marseillais. Une fois que la première sanction est prise, qu’on attende ce que les juges vont dire ! On fait comme s’ils n’y avait pas de tribunaux. La répression poursuit son chemin. »
Pour le moment, les autorités font profil bas. « Il n’y a pas de nouveau texte », précise-t-on place Beauvau. « Nous avons une réunion avec les autorités espagnoles ce mercredi après-midi à Séville pour définir la politique à mener au niveau des IDS », temporise le commissaire Boutonnet.

(1) Il existe actuellement 637 IDS (483 administratives et 154 judiciaires) dont près de 300 concernent des supporters du PSG. Depuis le début de la saison, on compte 380 interpellations en L1 et L2 (sources ministère de l’Intérieur)

L.C. et F.L