RMC Sport

Lyon : l'Europe par la petite porte

Maxime Gonalons

Maxime Gonalons - -

Après douze saisons passées en Ligue des champions, le club de Jean-Michel Aulas va découvrir la Ligue Europa, jeudi face aux Tchèques du Sparta Prague (21h05). Malgré le changement de catégorie, les Lyonnais promettent d’être ambitieux.

Jeudi contre le Sparta Prague, l’OL va découvrir l’arrière-cuisine de l’Europe du foot : la C3, que le club de Jean-Michel Aulas n’a plus disputée depuis 2002. Elle s’appelait alors Coupe de l’UEFA, et s’était achevée au creux de l’hiver, par une sortie piteuse en 16e de finale contre les Turcs de Denizlispor. Depuis ce triste 100e match continental, les Lyonnais n’ont plus jamais quitté la table des grands d’Europe. Les fastes de la C1, pour lesquels l’OL a pleinement mérité son rond de serviette : huit huitièmes de finale consécutifs de 2004 à 2012. Et une Ligue Europa disputée pour la première fois. Alors forcément, cette partie de ballons à Gerland contre les Tchèques a des relents de fast-food. Rémi Garde le sait bien, lui qui veut cependant croire que l’appétit de ses troupes viendra en jouant. « Je sais que demain (jeudi) le parfum, même s’il ne sera pas aussi bon que celui qu’on a connu pendant de nombreuses années, sera très bon », assure l’entraîneur de l’OL.

Les historiques comme Bafé Gomis ou Anthony Reveillère ont rassuré leur coach en jurant que ce qui s’offrait à eux cette saison n’était pas une « Coupe d’Europe au rabais ». Low-cost mais pro, l’OL version Garde. La relève lyonnaise, incarnée par Maxime Gonalons, souscrit à la méthode Coué des anciens, et croit même à la botte secrète de l’actuel dauphin de l’OM en championnat. « Le club a énormément d’expérience sur la scène européenne, beaucoup de joueurs ont joué de gros matches. On est préparé pour aller le plus loin possible », affirme le milieu de 23 ans des Gones.

Garde : « S’inspirer des équipes précédentes de l’OL »

Si l’objectif a minima sera de sortir des poules, l’équipe de Garde aura fort à faire pour devenir le premier club français à inscrire son nom au palmarès, le 15 mai à Amsterdam, et venger les infortunes en finale de Bastia (1978), Bordeaux (1996) et Marseille (1999 et 2004). Cette saison, la « petite » Coupe d’Europe mettra aux prises plusieurs grands noms : l’Inter, Newcastle, Liverpool, A. Madrid, OM, Borussia, Bordeaux, PSV, Naples, Tottenham, Bayer Leverkusen, Lazio… en attendant les reversés de la C1. « Quand on regarde les équipes en face de nous, on se rend compte que c’est du très haut niveau », souligne Gonalons. « On a été pionnier en Ligue des champions. On va essayer de s’inspirer de ce que les équipes précédentes de Lyon ont fait (en C1) pour le faire en Ligue Europa », annonce Garde. Même au Drive-in, Lyon veut son rond de serviette.

Le titre de l'encadré ici

Gerland va sonner creux |||

Habitué à la Ligue des champions pendant 12 ans, Gerland ne fera pas le plein pour les débuts de l'OL en Ligue Europa. Environ 27 000 billets ont trouvé preneur pour la réception du Sparta Prague. Les places sont pourtant proposées à des prix attractifs (5 euros pour les enfants, 12 euros pour les adultes). L’affluence définitive ne devrait pas dépasser les 30 000 spectateurs. A peine mieux que la réception d’Ajaccio en Ligue 1 le week-end dernier (25 666 personnes).