RMC Sport

Nice se manque à Limassol

Didier Digard

Didier Digard - -

Passé à côté de son match, Nice a été battu ce jeudi sur la pelouse de l’Apollon Limassol (2-0), en barrage aller de la Ligue Europa. Les Azuréens sont dos au mur avant le retour, dans une semaine au Stade du Ray.

Si les clubs tricolores voulaient encore faire baisser l’indice UEFA de la France, ils ne pouvaient pas s’y prendre autrement. Ce jeudi, Saint-Etienne et Nice se sont inclinés en barrage aller de la Ligue Europa, respectivement à Esbjerg (4-3) et à Nicosie, face à l’Apollon Limassol (2-0). Le tout deux jours après la défaite de Lyon en barrage aller de la Ligue des champions, à domicile contre la Real Sociedad (0-2). Une catastrophe que les Niçois, derniers des trois représentants tricolores à jouer, n’ont pas su éviter.

La faute, peut-être, au pari manqué de Claude Puel, qui pour son 87e match en Coupe d’Europe, avait choisi de laisser Dario Cvitanich (victime d'une intoxication alimentaire cette semaine) et Eric Bauthéac sur le banc au coup d’envoi. Titulaire en pointe, le jeune Bryan Constant (19 ans), qui n’a joué que 21 minutes en L1 dans sa carrière, n’a pas réussi à faire oublier le buteur argentin. Complétement « mangés » par les Chypriotes dès le début de match, les Azuréens n’ont jamais semblé dans le coup. Et si la 1ère période s’est achevée sur un score nul et vierge, la punition a fini par arriver.

Cvitanich dangereux d'entrée

Et le bourreau ne s’appelle par Bertrand Robert, l’ancien Lorientais qui évolue à l’Apollon, mais Gaston Sangoy. Argentin comme Cvitanich, passé par Boca Juniors et l’Ajax Amsterdam comme Cvitanich, l’attaquant de 28 ans a d’abord bénéficié de l’aide de David Ospina. Sur un coup-franc anodin, le gardien colombien a effectué une faute de main peu habituelle de sa part (1-0, 54e). Neuf minutes plus tard, sur une action collective bien préparée, le même Sangoy a doublé la mise d’une reprise du droit imparable (2-0, 63e). La faute de trop pour Claude Puel, qui fait alors entrer l’artillerie lourde : le duo Cvitanich-Bauthéac.

Et « Super Dario » s’est rapidement mis en évidence, manquant de justesse la réduction de l’écart sur une frappe en pivot (67e), puis en se voyant refuser justement un but (79e). Même si l’opposition n’était, sur le papier, pas très relevée, il faudra donc encore attendre pour trouver un successeur au PSG, dernier club français vainqueur à Chypre, lors du 1er tour de la Coupe des Coupes 1993-1994 (1-0). Et si Nice veut retrouver la Coupe d’Europe pour la 1ère fois depuis l’édition 1997-98, il faudra réaliser un petit exploit jeudi prochain (20h) pour l’avant-dernier match de l’histoire au stade du Ray. 

A lire aussi :

>> Saint-Etienne se saborde

>> Arsenal quasiment qualifié

>> Toute l'actu du football

Alexandre Alain