RMC Sport

Nice voyage en terre inconnue

L’OGC Nice se déplace à Chypre pour affronter l’Apollon Limassol, ce jeudi en barrage aller de la Ligue Europa (20h). L’objectif est simple : se placer en ballotage favorable et retrouver la Coupe d’Europe, 16 ans après.
Dario Cvitanich
Dario Cvitanich © -

L’Europe, 16 ans que l’OGC Nice attend ça ! Pour retrouver une trace du club azuréen dans une compétition européenne, il faut remonter à la saison 1997-1998 et une participation à la Coupe des Coupes. Mais avant de retrouver les joutes continentales une bonne fois pour toutes, les hommes de Claude Puel ont une dernière marche à franchir, celle de l'Apollon Limassol. En deux temps, avec un premier écueil ce jeudi, en terre en chypriote (20h). Habitué aux matches européens, en tant que joueur ou entraineur, Claude Puel sait que ce déplacement n’aura rien de touristique.

« C’est un match qui ne sera pas évident puisque l’on ne connait pas l’adversaire, craint le coach niçois. Nous allons aller dans un pays étranger avec un autre football. Le public a l’air très chaud. C’est une équipe solide avec de très bons footballeurs. Sur deux matches, ils peuvent être performants. » Méfiance est mère de sûreté et Claude Puel l’a bien compris. Surtout que le football chypriote n’a pas toujours réussi aux clubs français. « Il ne faut pas oublier que l’an passé, Marseille a été battu en Ligue Europa par l’autre équipe de Limassol (AEL Limassol, ndlr), raconte l’ancien entraîneur Lillois. Lyon s’est fait éliminer en huitièmes de finale de la Ligue des Champions 2011-2012 par l’APOEL Nicosie. Il ne faut pas faire les fanfarons. »

Gomis : « On va jouer sans complexe »

Si Claude Puel peut compter sur son passé européen à l’approche de ce barrage de Ligue Europa, ce n’est forcément pas le cas d’une majeure partie de son effectif, pour qui la Coupe d’Europe est une grande découverte. « C’est vrai qu’on est pas mal de joueurs à ne pas avoir connu la Coupe d’Europe, reconnaît le défenseur Kévin Gomis. Mais on va apprendre. Sur le terrain, on n’aura rien à envier à cette équipe de Limassol. On est là, on va jouer avec nos qualités et nos armes. On va jouer sans complexe. Après ce qu’il y aura à prendre, on le prendra sans hésitation. » 

Si le sixième du dernier championnat chypriote ne représente pas une grande menace en soi, les hommes de Claude Puel devront néanmoins se méfier de lui jeudi soir au GSP-Stadium de Nicosie afin d’éviter de tomber dans un mauvais piège. Ce qui serait bien dommage après une saison étincelante conclue à la 4e place de la L1. D’autant plus que l'Apollon Limassol pourra compter sur un soutien de marque … la star locale du tennis, Marcos Baghdatis.

A lire aussi :

>> Lemoine : « La donne a changé »

>> Puel : « Se méfier de Limassol »

>> Rivère : « Cvitanich n’a pas eu de revalorisation salariale »

Alexandre Mispelon avec Yann Pecheral