RMC Sport

Toulouse ne veut pas se prendre la tête

Alain Casanova estime que le Shakhtar Donetsk, son adversaire jeudi soir, n'a rien à faire en Ligue Europe

Alain Casanova estime que le Shakhtar Donetsk, son adversaire jeudi soir, n'a rien à faire en Ligue Europe - -

C’est sans pression que le TFC va défier jeudi soir le Shakhtar Donetsk (19h00). Les Toulousains, pas au mieux en championnat, tâcheront tout de même de ramener un résultat positif.

La meilleure des manières en football de s’ôter toute pression consiste simplement à brosser son futur adversaire dans le sens du poil. En déplacement en Ukraine pour y défier le Shakhtar Donetsk, Alain Casanova a usé de cette recette vieille comme le monde en conférence de presse. A la décharge du technicien toulousain, « ses » Violets (deuxièmes du groupe J avec quatre points), ne font pas, il est vrai, figure d’épouvantails sur le papier. « Sincèrement, le Shakhtar, c’est du très haut niveau avec 14 internationaux sur les 24 joueurs de champ, détaille Casanova. C’est une équipe qui aime tenir le ballon, qui est dangereuse une fois qu’il est en sa possession et qui met beaucoup de monde en mouvement. Pour moi, c’est un mystère que cette équipe ait été éliminée en tour préliminaire de Ligue des champions par un club roumain (le FC Timisoara, ndlr). Mais je pense que le Shakhtar va une nouvelle fois jouer pour gagner le titre de la Ligue Europe. »

« Rien à perdre »

Le décor est planté. Pour espérer tirer un bon résultat de son déplacement ukrainien, le TFC va devoir compter sur l’efficacité retrouvée – en sélection pour l’instant – d’André-Pierre Gignac et sur la solidité de son bloc-équipe. Ce dernier devra être le plus imperméable possible face aux individualités du club ukrainien (Jadson, Fernandinho, Ilsinho, Rat, Srna).

Un sacré défi que ne relèveront pas Antoine Devaux (fracture du ménisque) et Fodé Mansaré (ligament latéral du genou), tous deux blessés, ni le joker camerounais Jean-Noël Perrier-Doumbé, pas qualifié. Mauro Cetto convalescent, Mohamed Fofana forfait en raison d’une contracture à la cuisse, Toulouse, qui enregistre le retour d’Etienne Didot, comptera une fois de plus sur le jeune Dany Nounkeu (23 ans), impressionnant dimanche dernier face au PSG (1-0) pour faire le métier en défense centrale aux côtés de Daniel Congré. Suffisant pour faire un résultat en Ukraine ?

« Même si je pense que c’est une équipe qui pourrait jouer le titre dans le championnat de France, même si elle devrait être en Ligue des champions et qu’elle a gagné la Coupe de l’UEFA l’année dernière, on ira la défier avec de l’ambition, celui de faire le meilleur résultat possible », affirme Alain Casanova. « Nous, contrairement à eux, on découvre le niveau européen, rappelle Yoann Pelé. Les Ukrainiens ont l’habitude d’évoluer dans ce contexte-là. On n’a rien à perdre. » Actuel 12e de Ligue 1, Toulouse a également en tête son déplacement de dimanche à Lens. Une défaite en Ukraine ne serait donc pas vécue comme un drame. Mais elle écornerait pas mal la dynamique qu’espère avoir trouvé le TFC depuis son succès (1-0) devant Paris.

A.D. avec W.T. (RMC Sport)