RMC Sport

Eusebio, une légende s’est éteinte

Eusebio

Eusebio - -

Eusebio, l’ancienne gloire du football portugais, s’est éteint dans la nuit de samedi à dimanche, à l’âge de 71 ans. Le buteur légendaire du Benfica, Ballon d’Or 1965, a succombé à un arrêt cardio-respiratoire.

Le Roi s’en est allé. Légende du football portugais, Eusebio est décédé dans la nuit de samedi à dimanche à Lisbonne à l’âge de 71 ans. Victime d’un arrêt cardio-respiratoire, l’ancien attaquant avait été hospitalisé à la suite d’une crise d'hypertension samedi en Pologne, où il remplissait son rôle d’ambassadeur de la Fédération portugaise de football (FPF). Le Portugal et le monde du football pleurent aujourd’hui la disparition de la « Panthère Noire », qui ornera à jamais les livres d’histoire. Eusebio da Silva Ferreira - de son nom complet - affichait une santé très fragile ces dernières années et avait déjà été hospitalisé plusieurs fois en raison de divers problèmes de santé.

Né au Mozambique, alors colonie portugaise, Eusebio est le premier d’une grande lignée de stars, avec les Paulo Futre, Luis Figo et autre Cristiano Ronaldo. Avec son style et sa personnalité atypiques, il fait la gloire du Portugal et surtout du Benfica Lisbonne, au sein duquel il dispute la plus grande partie de sa carrière (15 ans). Formé au Lourenço Marques, club mozambicain basé à Maputo, il est recruté par Benfica dès l’âge de 19 ans pour ses exceptionnelles qualités techniques et physiques. Suivront alors quinze années de prestige avec les Aigles, avec qui il remporte onze championnats nationaux, cinq Coupes du Portugal et la fameuse Coupe d'Europe des clubs champions en 1962.

Fontaine : « Eusebio, le grand-père de Ronaldo »

Au Portugal, le meilleur goleador de l’histoire du SLB (473 buts) est bien plus qu’un footballeur. Il est une véritable icone. Antonio Salazar et son régime autoritaire l’empêchent même de signer pour un club étranger. Elu Ballon d’Or 1965, premier joueur noir à recevoir cette distinction, il conduit sa sélection nationale à la 3e place de la Coupe du monde 1966. Une compétition dans laquelle il inscrit neuf buts, une performance qui reste inégalée par ses « successeurs » portugais. Celui qui est considéré comme l’un des meilleurs joueurs de tous les temps devra attendre 2005 avant de voir son record de buts en sélection (41 en 60 capes) être battu par Pedro Miguel Pauleta. Surnommé aussi la « Panthère Noire », il quitte Benfica en 1965, avant de stopper sa carrière trois ans plus tard.

« Le meilleur buteur portugais de tous les temps s’en est allé, lâche l’ancien attaquant français, Just Fontaine, recordman des buts inscrits en seule Coupe du monde (13). C’est presque le grand-père de Cristiano Ronaldo. Il avait d’incroyables capacités physiques. Il marquait de la tête, du gauche, du droit, il dribblait le gardien, il tirait de 25 mètres. Il a marqué des buts dans toutes les positions. Contre la Corée du Nord (en quart de finale du Mondial 1966, ndlr), le Portugal perdait 3 à 0 et il a marqué cinq buts ! En dehors du terrain, c’était un gentil garçon. C’est quelqu’un qu’on n’oubliera pas de sitôt. » Au total, « le Roi », comme on avait l’habitude de l’appeler, aura planté 733 buts au cours de sa carrière. Comme pour Amalia Rodrigues, la déesse du fado décédée en 1999, un deuil national de trois jours sera décrété au Portugal, en hommage à celui qui restera à jamais, là-bas comme ailleurs, une légende du football.

A lire aussi :

>> Le monde du football rend hommage à Eusebio

>> Larqué : "Une figure emblématique"

>> Cristiano et « l’éternel Eusebio »

Alexandre Mispelon