RMC Sport

FFF: Thiriez veut que "le football amateur redevienne le cœur du projet fédéral"

L'ancien patron de la LFP Frédéric Thiriez, candidat en mars prochain à la présidence de la Fédération (FFF), a présenté, dans Top of the foot ce jeudi sur RMC, les grands axes de son projet visant notamment à soutenir davantage le football amateur, trop négligé, selon lui, par Noël Le Graët, l’actuel président.

Frédéric Thiriez, candidat en mars prochain à la présidence de la Fédération française de football (FFF), n’est pas candidat contre Noël Le Graët. "Je serai candidat pour un projet", a-t-il assuré sur RMC jeudi soir, dans l’émission Top of the foot, ce qui ne l’a pas empêché de juger son bilan à la tête de la Fédération française de football.

"Je vous dirais qu’il y a des aspects très positifs dans ce qu’a fait Noël Le Graët. Je pense à l’équipe de France, aux équipes de France, garçons et filles, aux contrats de sponsoring obtenus par la fédération. Si on veut être objectif, il y a un bilan sur lequel je suis beaucoup plus réservé, c’est le football amateur, qui a été, à mon avis, un peu négligé." C’est justement le cœur de son projet, lui qui souhaite octroyer "beaucoup plus de moyens au football amateur". 

Thiriez: "On est encore très loin du compte"

"Franchement, on n’est pas au niveau auquel on devrait être, a-t-il asséné. Et je vais vous le démontrer avec des chiffres. Est-ce que la France, qui est une grande nation de football, peut se contenter sérieusement de 2 millions de licenciés, alors qu’on en a 8 millions en Angleterre ? Est-ce que la France peut se contenter de 200.000 joueuses féminines, alors qu’il y en a 700.000 en Allemagne et 2.5 millions aux Etats-Unis ? Non, cela n’est pas sérieux, nous ne sommes pas au niveau auquel nous devrions être. Il faut que le football amateur, qui est là où tout commence, redevienne le cœur du projet fédéral."

L'avocat, soutenu par l'ex-international Basile Boli, milite pour une démarche "participative" et veut doubler le nombre de licenciés en dix ans pour atteindre "quatre millions de licenciés dont un million de filles". "Ce n’est pas impossible", a-t-il promis: "La participation est ma méthode. Je vais écouter le terrain, parcourir la France, pour écouter les besoins, les aspirations, les soucis des présidents de ligues, de districts. Et c’est en fonction de ce que je vais entendre que je finaliserai mon projet pour la fin janvier."

L'ancien patron de la Ligue professionnelle a déjà quelques idées en tête pour la pratique des tous les footballs, notamment le développement du foot féminin. "On est encore très loin du compte", a-t-il appuyé, tout en soulignant des progrès notables effectués ces dernières années en ce qui concerne le football féminin. "Il faut enfin accorder aux clubs amateurs qui ont des salariés l’exonération de charge sociale", a-t-il ajouté, pour soulager le football amateur en train, selon lui, d’être asphyxié. 

QM avec Top of the foot