RMC Sport

Football amateur: la polémique enfle après une victoire 22-1, Arles se défend de tout match arrangé

Le petit monde du football provençal s'interroge ce lundi sur le match de Régional 2 Ligue Méditerranée terminé sur une victoire fleuve 22-1 de l’AC Arles contre le FC Septèmes, dimanche. D'autant que le résultat pourrait impacter la course à la montée. Chacun à leur manière, les deux clubs assurent être de bonne foi.

Arles-Septèmes, ce n’était pas un match de rugby ou de hand, mais bien un match de foot. Contrairement à ce que le score plus que déséquilibré, 22-1, veut bien le laisser penser. Un étonnant et très large succès qui fait souffler au-dessus de la Provence un parfum de scandale ce lundi.

Avec cette victoire presque irréelle, les Arlésiens, entraînés par Michel Estevan, sont passés dimanche soir en tête de la poule C de Régionale 2 Ligue Méditerranée. Grâce, forcément, à une meilleure différence de buts que le désormais ex-leader, le FC Martigues.

Le résultat du match en "réserve"

Ce dernier, premier impacté par cette différence fleuve entre les deux équipes lors de cette avant-dernière journée, met en doute ce résultat. Alertée par ce score et les nombreuses réactions suscitées, la Ligue Méditerranée a bien lancé une enquête autour de ce match. Dont le résultat, annoncé par Arles sur ses réseaux sociaux sans afficher le score, reste en "réserve" sur le site de la Ligue pour le moment.

L’AC Arles (ex-Arles Avignon, anciennement en Ligue 1 en 2010-11) se dit "serein", et un de ses membres affirme "qu'il n'y a eu aucun contact entre les deux clubs dans les jours précédant le match". D'ailleurs, plusieurs éducateurs étaient dans les gradins du stade, et selon eux, aucun arrangement n'a eu lieu. Ils ont simplement vu une "équipe complètement démobilisée". Les officiels n'ont pas rédigé de rapport à la fin de la rencontre, rien ne leur paraissant problématique.

Un responsable arlésien: "Pourquoi on aurait fait cela?"

Pour expliquer ce résultat fou, le club d'Arles avance ainsi plusieurs raisons:

- Pour un match disputé à 15 heures, l'équipe de Septèmes est arrivée à 14h30, et s'est échauffée 10 minutes à peine.

- Septèmes a aligné une équipe plus que bis, avec un entraîneur de la réserve de 50 ans contraint de jouer sur le terrain et pas de gardien aguerri, qui n'avait même pas de gants.

- L'équipe de la banlieue de Marseille avait déjà lâché le championnat, car d'ores-et-déjà reléguée en district.

"Marquer 22 buts, si c'est arrangé, ça se voit, c'en devient risible... Pourquoi on aurait fait cela?", se défend un responsable arlésien, contacté par RMC Sport. Dont l’équipe avait été battue 4-1 à Septèmes lors du match aller. "C'est très compliqué d'aller jouer là-bas, c'est chaud, tendu. Nos joueurs ont eu peur", poursuit-il au sujet de la première manche.

"Absolument rien n'était préparé. Il faudrait être con pour faire ce genre d'erreurs", Salah Nasri, président de Septèmes

Dans sa quête de montée en Régional 1, l’équipe arlésienne, qui menait déjà 8-1 à la mi-temps et a continué à jouer au maximum, se devait de remporter ce match par le plus grand écart possible. Puisque son concurrent à la montée, Martigues, jouera une équipe de l’Olympique novais en dernière journée bonne dernière et dont la différence de buts est de… -95.

Le président de Septèmes: "Et encore, on aurait dû prendre 30 buts"

"Le club est complètement démobilisé. (…) On y est allés avec la réserve, avec un entraîneur de 50 ans dans le champ. On n'avait même pas le niveau vétéran. Et encore, on aurait dû prendre 30 buts, assurait Salah Nasri, président de Septèmes, ce lundi à L’Equipe. Absolument rien n'était préparé. Il faudrait être con pour faire ce genre d'erreurs. Je me laisse le droit d'attaquer quiconque oserait dire que c'était arrangé."

Et Nasri de poursuivre sur la situation alarmante de son club: "Lors du match précédent, deux de nos joueurs se sont battus entre eux et ont été expulsés. Il y a un effondrement général. J'en suis même à me demander s'il ne faut pas arrêter les seniors et se focaliser sur les jeunes. La question de l'avenir du club se pose."

Lundi, RMC Sport a contacté Didier Dulcamara, président de l’Olympique Barbentanais, petit club vauclusien 6e de cette poule C de Régionale 2 et adversaire des deux clubs plus tôt dans la saison. Selon lui, le club d'Arles "est tenu par des gens sérieux, qui n'avait aucun intérêt a priori à acheter ce genre de match".

A Martigues, on attend de pied ferme le résultat de l’enquête

"Même si dans nos divisions, cela arrive souvent qu'on nous approche pour ce genre de choses, mais nous ne le ferons jamais pour notre part!", pose Dulcamara, plus dur concernant le club de Septèmes qui est "dans un autre monde". "C'est un club compliqué, on a eu des soucis là-bas... Et vu la mentalité, vu qu'ils descendent la saison prochaine, ça ne m'étonne pas de les voir lâcher."

Joint dans la soirée, le président du club de Martigues Alain Nersessian attend avec impatience le résultat de l’enquête menée par la Ligue Méditerranée face à "un score rare et tout bonnement incroyable". "Il n'est pas question d'avoir des soupçons ou des doutes. Mais le championnat se jouera au goal average et on avait notre destin en main. Je suis donc surpris du score du match, admet-il. Un écart de 21 buts à ce niveau, c'est rare et tout bonnement incroyable. C'est un vrai sujet posé à la Ligue, qui semble s'en saisir d'ailleurs."

"Je crois volontiers au fait que Septèmes était démobilisé, qu'il n'y avait pas tous les joueurs... mais je veux croire en l'équité sportive. Septèmes voulait jouer pour ne pas déclarer forfait, par question de dignité. Mais est-ce plus digne d'en prendre 22 que de déclarer forfait?, questionne Nersessian. Aujourd'hui, le FC Martigues est en difficulté et je veux qu'il n'y ait pas de doute autour du match, pour ne pas avoir de regrets. Et je veux savoir vite."

Romain Daveau, avec Aurélien Tiercin