RMC Sport

France 98 plus forte que la crise

-

- - -

Le jubilé de Bernard Lama a réuni ce samedi au Parc des Princes la quasi-totalité des champions du monde de football 1998, Zidane y compris. L’occasion d’aplanir les divergences nées de « l’affaire des quotas ».

Pour le jubilé Lama, ils étaient tous là. Ou presque (Henry, Trezeguet et Deschamps étaient excusés). Zinedine Zidane, Laurent Blanc George Weah ou encore Aimé Jacquet présents sur la pelouse du Parc. Que des stars ! Christophe Dugarry et Lilian Thuram, eux aussi, étaient au Parc des Princes. Les deux coéquipiers champions du monde, qui s’étaient, il y a quelques semaines, écharpés au sujet de l’affaire des quotas se sont – enfin – croisés. Et l’explication de texte, tant attendue, a eu lieu : « Oui, on a discuté, confirme Lilian Thuram. Chacun a fait part de son ressenti. Ça s’est passé entre personnes intelligentes. Mais c’était privé », tempère l’ancien défenseur de Parme.

Cette discussion a eu lieu samedi, avant le match France 98-anciens du PSG, lors de la désormais traditionnelle « assemblée générale » dans un grand hôtel parisien. Tout en subtilité, Christian Karembeu dévoile les contours de cette entrevue collective : « On a parlé pour mieux appréhender l’avenir. Mais tout s’est fait de façon éclairée. Je crois qu’entre nous, il y avait des questions à se poser. Et là, on a trouvé la lumière. » Egalement présent, Aimé Jacquet livre sa version : « Chacun s’est exprimé et c’est normal, relate l’ancien sélectionneur des Bleus. Maintenant, le foot reprend ses droits et tout le monde se retrouve avec beaucoup de plaisir. Chacun a ses sentiments, ses sensations. A partir de là, il n’y a aucun problème dans la vie de cette équipe de France 1998. »

Pour l’occasion, Emmanuel Petit, en froid avec Zidane, avait lui aussi fait le déplacement au Parc des Princes. « Je me devais d’être présent pour Bernard (Lama). C’est comme un grand frère pour moi », lâche, sans enthousiasme, l’ancien Gunner. Et au sujet de sa brouille avec Zizou, « Manu » la joue franc-jeu : « Ça arrive, comme dans n’importe quelle entreprise. Ça s’appelle la vie, tout simplement. » Pour l’anecdote, France 98 et les anciens du PSG ont fait match nul, 3 partout. Et comme face au Brésil en finale il y a treize ans, Zidane a marqué de la tête…

Florian Fieschi avec Julien Richard