RMC Sport

France-Biélorussie : les Bleus veulent "éviter le piège"

L'équipe de France de football entend confirmation son succès en Finlande face à la Biélorussie

L'équipe de France de football entend confirmation son succès en Finlande face à la Biélorussie - -

Les coéquipiers de Hugo Lloris disputent ce mardi soir (21h) au Stade de France leur second match de qualification pour la coupe du monde 2014 au Brésil.

Ils ne sont que deux survivants. Hugo Lloris et Jérémy Ménez. Les deux seuls titulaires le 3 septembre 2010 face à la Biélorussie à pouvoir l’être encore ce mardi soir au Stade de France (21h) face au même adversaire. Abou Diaby et Gaël Clichy l’étaient mais ne le seront pas, pour cause de blessures. Mathieu Valbuena, lui, avait joué une heure en sortant du banc. Et Adil Rami passe désormais derrière Mapou Yanga-Mbiwa et Mamadou Sakho. C’était le premier match officiel de Laurent Blanc en tant que sélectionneur, trois mois après Knysna. Il se terminait dans une ambiance de désarroi (0-1), révélateur du fossé dans lequel était tombée l’équipe de France. Les progrès n’ont pas été fabuleux depuis deux ans, mais suffisants pour aborder plus sereinement le deuxième rendez-vous des qualifications pour la Coupe du monde 2014.

En septembre 2010, la France était 27e au classement FIFA. Elle est 15e et vient de gagner en Finlande (1-0). Pas un exploit, simplement un bon premier appui sur les huit au programme pour espérer voir le Brésil. Enchaîner, malgré l’énième absence d’Abou Diaby (coup et douleur musculaire), permettrait de s’envoler pour Madrid et le terrible choc contre l’Espagne le 16 octobre en ayant un peu moins peur. Mais pour cette équipe de France à la science offensive lacunaire, la Biélorussie sera certainement un obstacle difficile à contourner. Il faudra être patient mais pas trop, tenter mais pas forcer, échanger dans de petits espaces mais pas se compliquer les choses. Il y a deux ans, Sergei Kislyak avait puni les Bleus en fin de match (86e).

Deschamps : "Faire en sorte que les supporters ne s'ennuient pas"

"Ça appartient au passé, assure Hugo Lloris. C’est un autre contexte. Forcément, on sait à quoi s’attendre. Il faudra éviter le piège. C’est important de gagner à domicile et de prendre le maximum de points." La 76e nation mondiale, qui a perdu 21 places en 24 mois, a aussi accroché les Bleus à Minsk en juin 2011 (1-1). Elle revient donc au Stade de France fière de son invincibilité historique face aux Bleus (une victoire et un nul en deux matchs), mais elle a perdu vendredi en Géorgie (0-1) et ne fait pas trembler. Sans Abou Diaby, le buteur à Helsinki, les Bleus devront trouver l’ouverture pour obtenir six points sur six. C’est tout ce qui compte dans cette phase éliminatoire.

"Si on a la mauvaise idée de percuter uniquement dans l’axe, il va y avoir du monde, craint Didier Deschamps. La solution, c’est de passer aussi par les côtés." Le problème, c’est qu’en Finlande, Patrice Evra et Franck Ribéry à gauche, Anthony Réveillère et Jérémy Ménez, n’ont rien apporté. Olivier Giroud ou Bafé Gomis sont susceptibles de venir épauler Karim Benzema en cours de match si la clé tarde à être trouvée... "Je vais essayer de faire en sorte que les supporters ne s’ennuient pas", promet le sélectionneur des Bleus. Pour son retour au Stade de France, où il a été champion du monde et a remporté quatre fois la Coupe de la Ligue (une avec Monaco, trois avec l’OM), ils ne seront que 50 000. Soit 26 000 de moins que le 3 septembre 2010. Un mauvais souvenir à effacer.

>> Retrouvez toute l'actualité sportive sur RMC Sport

Le titre de l'encadré ici

|||

Les équipes probables :

France: Lloris (cap.) - Jallet, Yanga-Mbiwa, Sakho, Evra - Mavuba, Matuidi, Gonalons (ou Capoue) - Ménez (ou Valbuena), Benzema, Ribéry Sélectionneur: Didier Deschamps

Belarus: Verenko (cap.) - Poliakov, Martinovitch, Verkhovtsov, Javerntchik (ou Bordatchev) - Koultchi, Dragun - Balanovic, Bressan, Poutilo - Kornilenko (ou Rodionov) Sélectionneur: Georgi Kondratiev 

Arbitre: Hüseyin Göçek (Tur)

LP avec JS et PTa - RMC Sport